RMC Sport

Ligue 1: Marseille lance "Agora OM", une concertation avec "tous les supporters"

Un peu plus de deux semaines après l'attaque de la Commanderie par des fans en colère, l'OM a annoncé ce lundi le prochain lancemement d'"Agora OM", une "grande initiative de concertation avec les supporters".

Une volonté de renouer le dialogue, ou un nouveau geste de défiance à l'égard des ultras opposés à la direction? Un peu plus de deux semaines après l'attaque de la Commanderie par environ 300 supporters en colère, l'OM a annoncé ce lundi le lancement au début du mois de mars d'Agora OM, une "grande initiative de concertation avec les supporters".

"Concrètement, cette initiative, qui sera officiellement lancée au début du mois de mars, prendra la forme de groupes de travail, de plateformes d’échange d’idées et d’appels à projets pour que direction et supporters s’unissent dans la définition du supportérisme, et pour que vive et demeure l’Institution OM, populaire et diverse, explique un communiqué du club. Ce projet permettra à tous les amoureux du foot et de l’OM, familles, enfants, de se réapproprier le terme de supporter pour que celui-ci ne soit plus capté par des bandes violentes. Les supporters sont l’atout le plus précieux du club et le resteront."

Et d'ajouter: "Ce projet vise à rendre le supportérisme à tous les amoureux de l’Institution OM et de ses valeurs d’exigence et de respect, de non-violence et de diversité. Nous avons pris la décision de ne plus tolérer aucune violence commise par les supporters ultras."

Une "main tendue à tous les supporters" assure le club

Contacté par l'AFP, le directeur général Hugues Ouvrard, qui chapeaute ce nouveau projet, parle d'"un exercice collaboratif, pas une initiative unidirectionnelle de l'OM".

Il s'agit aussi d'une "main tendue à tous les supporters", dit-il, y compris la frange qui a attaqué le centre d'entraînement, contribuant à l'enfoncement du club dans la crise. Seulement 9e de Ligue 1, l'OM est éliminé de la Ligue des champions et son entraîneur, André Villas-Boas, a été mis à pied.

"Nous avons envie de travailler avec eux, notre main est tendue, insiste Hugues Ouvrard au sujet des éléments les plus critiques à l'égard du club. On place les supporters au coeur du projet, l'OM est un club populaire et doit le rester. Par contre, on ne peut plus tolérer la violence", précise le dirigeant, en expliquant que cette initiative fait suite à ces incidents.

La crainte d'une manoeuvre pour dissoudre les groupes

Amorcé par le président Jacques-Henri Eyraud, le projet "Agora OM" n'est "pas de la démagogie" ni "un comité Théodule" se défend par ailleurs le DG du club, qui assure vouloir "entamer un dialogue et mettre en place un plan d'action" pour "refondre le système du supportérisme".

Dès la publication du communiqué, plusieurs voix se sont toutefois élevées, comme celle de Stéphane Tapie, fils de l'ancien président Bernard. Ce dernier craint "une manœuvre pour dissoudre les clubs de supporters".

Quatorze des assaillants de la Commanderie doivent être jugés le 24 février, trois autres le 22 mars. Cinq d'entre eux sont toujours en détention. Le 3 février, un communiqué commun des six groupes de supporters de l'OM demandait le départ du président Eyraud, cible de leurs critiques.

C.C. avec AFP