RMC Sport

Ligue 1 : même bousculé, le PSG garde le cap

Les joueurs du PSG

Les joueurs du PSG - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Pas vraiment dominateur, bousculé même par Lorient et un temps perturbé par la sortie sur blessure de son capitaine, Thiago Silva, le PSG a su résister pour l’emporter (0-1). Le voilà désormais avec 11 points d’avance sur Monaco.

Chelsea en quarts de finale de la Ligue des champions. Une pelouse synthétique propice à la blessure. Des Lorientais pas disposés à admirer les Harlem Globe Trotters de son effectif. Et la sortie prématurée sur blessure de son capitaine, Thiago Silva. Le PSG aurait pu avoir le tournis sur le gazon du Moustoir, à force de devoir ingérer autant d’informations à la fois. Mais les hommes de Laurent Blanc ont confirmé, s’il le fallait, leur mainmise en Ligue 1 (2-1). Pas en survolant leur rencontre face à Lorient, qu’ils avaient pourtant fessé à l’aller (4-0). Mais en résistant, avec expérience et un peu de chance aussi, aux éléments extérieurs. Et à des Merlus particulièrement tenaces.

Après une banderille de Cavani (38e), la libération est venue du pied de Thiago Motta, bien à propos pour pousser dans le but d’Audard une frappe ralentie de Zlatan Ibrahimovic (41e). Ensuite ? Fermez le ban ou presque pour le camp parisien. Le grand Suédois y est bien allé de sa frappe de mule (52e), sans la récompense d’un 26e but en Ligue 1 cette saison au bout. C’est surtout Salvatore Sirigu qui a brillé. Comme face à Leverkusen la semaine précédente, la doublure de Gianluigi Buffon en équipe d’Italie a eu les gants chauds, suffisamment pour repousser des tentatives de Traoré (13e) et de Jouffre (17e). Le portier transalpin a même poussé un soupir de soulagement en voyant Clément Turpin ne pas broncher sur un tacle litigieux d’Alex sur Traoré à l’entrée de la surface (56e).

8e victoire consécutive

Longtemps en délicatesse, confirmant son retour compliqué dans le onze de départ, Christophe Jallet a bien failli retrouver un peu de lumière sur un centre au cordeau d’Edinson Cavani. Mais Audard, un temps battu, a eu le réflexe suffisant et miraculeux pour éviter le break. Pas une 14e défaite aux Merlus en L1, ni une 8e victoire consécutive (toutes compétitions confondues) pour les Parisiens, bien plus solides en seconde période, à l’image de Marquinhos. Mais le PSG s’est fait peur jusqu’au bout, l’égalisation de Brian Pelé étant logiquement refusée pour une position de hors-jeu (87e). Si le suspense était là au Moustoir vendredi soir, il a déjà vécu, certainement, en ce qui concerne le titre de champion. Voilà Paris bien au chaud avant la suite de cette 30e journée avec 11 points d’avance sur Monaco. Ce n’est toujours pas officiel. Mais le deuxième titre consécutif des Rouge et Bleu semble sérieusement se préciser…

A lire aussi :

>> Berbatov : « Je suis vieux mais je sais jouer au foot ! »

>> L'OM se force à y croire

>> EN VIDEO : quand Courbis joue le prof' de maths

A.D