RMC Sport

Ligue 1: Monaco cartonne face à Metz, Montpellier et Angers se replacent, Lorient s'enfonce

Nantes s'est imposé à Lorient 1-0 grâce à un exploit individuel de Wylan Cyprien. Dominateur de la première à la dernière minute, Monaco a très largement battu Metz (4-0).

Nantes enfonce Lorient

Il n’aura manqué que la finition à Lorient, en complète maîtrise de son sujet face à des Nantais plus timorés. Mais les Merlus ne disposent pas de la pire attaque de Ligue 1 pour rien, et leur difficulté, maintes fois éprouvée face au but (formation qui tire et cadre le moins en Ligue 1) a encore joué des tours aux hommes de Christophe Pélissier, battus (1-0) pour la sixième fois consécutive.

Lorient, en dominant les deux tiers d’une rencontre qui opposait deux équipes mal en point de notre championnat, s'est procuré la majorité des occasions en première période et touché trois fois plus de ballons que les Canaris dans la surface adverse, se donnant clairement les moyens de sortir de cette spirale infernale.

Mais dans cette rencontre qui aura parfois tourné au festival d’imprécisions techniques, notamment dans le premier acte, il fallait bien un vainqueur. Et la réussite a penché du côté des joueurs de Kombouaré, avec un enchaînement de toute beauté, signé Wylan Cyprien (83e), pour son tout premier but de la saison.

Nantes, qui restait sur cinq matches de Ligue 1 sans victoire, avec trois défaites entrecoupées de deux matches nuls, c’est un vrai bon bol d’air. Les Canaris respirent à nouveau, tandis que pour les Merlus, c’est un peu la soupe à la grimace. Trois points séparent Lorient de la lanterne rouge, Saint-Etienne. Le pire est donc à craindre, alors que des matches face à Rennes et Paris attendent les Bretons avant la fin de l’année.

Montpellier sur un fil face à Clermont

Dominer n’est pas gagner. Clermont, à l’instar de Lorient, l’a appris à ses dépens ce dimanche, à Montpellier (défaite 1-0). Il ne se passait pas grand-chose à la Mosson avant ce joli centre de Ristic pour Florent Mollet, qui manquait son contrôle. Cette imprécision technique profitait à Wahi qui, sans contrôle, enroulait une superbe frappe dans la lucarne opposée (27e). Plus réalistes que les Clermontois, les Héraultais ont été chahutés en seconde période, acculés dans leur moitié de terrain par des visiteurs nettement plus agressifs.

Téji Savanier a régalé la Mosson par ses gestes de classe technique, réussissant par séquences à sortir de la pression de plusieurs joueurs, comme sait le faire Marco Verratti, mais dans l’ensemble, Montpellier a peiné à ressortir le ballon. La fin de match s’est même résumée à une attaque-défense dans les derniers instants. Touchés physiquement, les Montpelliérains sont restés solidaires, parvenant à tenir jusqu’au bout, pour aligner un deuxième succès d’affilée.

Angers vient à bout de Reims

Pas très heureux hors de ses bases, Angers a signé un deuxième succès à l’extérieur cette saison, le premier depuis une victoire à Strasbourg lors de la première journée. Buteur et passeur pour Fulgini sur le deuxième but du SCO (49e, 75e), Sofiane Boufal a beaucoup compté dans le succès des Angevins, mais le Stade de Reims gardera un goût amer de cette rencontre, en raison notamment de l’expulsion de Berisha (36e). Le milieu de terrain a écopé d’un un deuxième avertissement en seulement huit minutes, synonyme d’exclusion.

Et si le premier était logique, le second peut paraître un peu sévère. Ce fait de jeu a fortement handicapé le Stade de Reims, qui trouvait quand même les moyens de revenir au score grâce à Ekitike (59e). Le jeune attaquant n’a pas tremblé au moment de tirer un penalty qu’il avait d’abord manqué avant qu’il soit donné à retirer par l’arbitre, ce dernier ayant jugé que le gardien était trop avancé au moment de la frappe. Malheureusement pour les spectateurs du stade Auguste-Delaune, Fulgini n’a pas donné le temps à l’euphorie de s’installer dans le camp rémois. Angers remonte à la septième place du classement. La belle série de Reims, qui restait sur un succès à Lyon, prend fin.

Monaco confirme l’embellie contre Metz

Enchaîner. Tel était le mot d’ordre du côté de Monaco. Niko Kovac, l’entraîneur, sentait que ses joueurs en étaient capables après une prestation très encourageante à Angers, laquelle demandait toutefois confirmation à domicile. Et elle est justement venue, avec un large succès (4-0). Dans l’attitude, pour commencer, les joueurs démontrant, par l'exemple, à quel point ils ont retrouvé confiance en ce qu’ils proposent sur le terrain, à la fois techniquement et tactiquement.

Buteur à Angers, le jeune Sofiane Diop a montré la voie dès la 2e minute de jeu. Et comme il se passe toujours quelque chose avec l’ASM, Kevin Volland a obtenu et transformé un penalty juste avant la pause (44e), pour éclairer le chemin vers un second succès de rang en Ligue 1, le troisième toutes compétitions confondues. En confiance face à des Messins qui auront manqué de justesse et d’agressivité, malgré quelques situations, l’ASM a triplé la mise grâce à Gelson Martins (57e), auteur de son 3e but cette saison.

Entré en fin de match, Ben Yedder a conclu la démonstration (87e). Pour Metz, le coup d’arrêt se confirme, alors que pour Monaco, l’embellie se poursuit. Monaco grimpe provisoirement à la sixième place du classement, et se rapproche des places européennes. L'ASM compte un retard de cinq points seulement sur la deuxième place occupée par Rennes.

QM