RMC Sport

Ligue 1 : Nice s'accroche au podium

Valère Germain (de dos) et Hatem Ben Arfa (en fond) félicitent Jean Michaël Seri

Valère Germain (de dos) et Hatem Ben Arfa (en fond) félicitent Jean Michaël Seri - AFP

Avec un trio Pléa-Germain-Ben Arfa aligné d’entrée pour la première fois depuis mi-septembre et auteur d’un excellent match, Nice n’a pas tremblé pour battre le Gazélec Ajaccio ce dimanche (3-0). Un succès qui permet aux Aiglons de reprendre la troisième place à Lyon… et de revenir, avant le match de l’ASM à Paris, à deux longueurs des Monégasques.

LES TOPS

Ben Arfa, ce magicien

Un tel talent excuse tout. Même une coupe de cheveux trop « moderne » pour notre goût... Quand Hatem récupère le cuir, tout peut arriver. Surtout du magique. Ce dimanche, c’était double dose. Il y a d’abord son but, numéro de soliste comme il en a le secret. Il y a ensuite sa passe décisive pour Alassane Pléa, une merveille de ballon dans l’intervalle que n’aurait pas renié un Andrés Iniesta des grands jours. On en redemande. D’autant que Ben Arfa, qui affiche désormais 15 actions décisives en L1 cette saison (12 buts, 3 passes décisives), fait avancer les siens dans le bon sens : depuis le retour de l’artiste, Nice a enchaîné trois victoires en championnat et repris sa place sur le podium.

Pléa-Germain-Ben Arfa, trio de feu reconstitué

C’était LE trio de feu du début de saison : Alassane Plé-Valère Germain-Hatem Ben Arfa. Le problème pour Nice ? Au gré des différentes blessures, les trois n’avaient plus été alignés ensemble au coup d’envoi d’une rencontre de championnat depuis le 19 septembre dernier. Le retour du trio a fait mouche ce dimanche. On passera sur Ben Arfa, déjà évoqué plus haut, pour évoquer l’activité des deux autres. Pléa ? Le but du break sur une offrande signée HBA. Germain ? La passe décisive pour la troisième réalisation niçoise de Seri couplée à une belle activité. Quand les trois sont ensemble, à l’évidence, le jeu offensif des Aiglons se révèle plus fluide. De quoi porter le Gym à une troisième victoire de suite en L1 synonyme de troisième place à deux points de Monaco (avant le match de l’ASM à Paris dimanche soir). Avec le PSG au Parc, la réception de Rennes et un déplacement à Lyon, les trois prochaines rencontres devraient définir la fin de saison niçoise. Une série moins compliquée à aborder avec le trio Pléa-Germain-Ben Arfa.

Seri, métronome et buteur

Au milieu de terrain, il est le métronome de l’OGC Nice. Travailleur infatigable, toujours prêt à ratisser un ballon qui traîne, Jean Michaël Seri a pris un rôle essentiel dans le jeu niçois cette saison. Nouvelle preuve ce dimanche : l’Ivoirien a joué plus de ballons (95) que tous les autres Aiglons tout en réussissant 84% de ses passes. Cerise sur le gâteau, le garçon s’est également mué en buteur pour la deuxième fois de la saison (il avait marqué à Saint-Etienne lors de la 8e journée) afin d’inscrire le troisième but et d’assurer le succès des siens.

LES FLOPS

Le manque d’imagination offensive et l’inefficacité du Gaz’

Ils ont plus tiré au but que les Niçois. Mais ils ont moins cadré. Et surtout, ils n’ont pas marqué. En manque d’imagination offensive, les joueurs du Gazélec Ajaccio n’auront jamais réussi à réussir ce dernier geste qui aurait pu leur permettre de marquer. Un jeu stérile et inefficace qui donnait l’impression que les Corses auraient pu jouer trois heures sans faire trembler les filets des Aiglons.

Ajaccio, la défaite qui fait mal

Avec une série en cours de trois matches sans défaite en championnat, on sentait le Gazélec reparti dans une bonne dynamique en vue du maintien. La rechute sur la pelouse niçoise fait d’autant plus mal. Avec ce revers, le douzième de leur saison, les Corses ne réussissent pas à profiter de la défaite de Reims contre Guingamp pour quitter la 18e place et le statut de premier relégable. Ils devront attendre début avril et la réception de Saint-Etienne pour tenter de repartir vers l’avant.

A.H.