RMC Sport

Ligue 1, régression annoncée ?

-

- - -

A quelques jours de la reprise du championnat, bilan et perspectives après un mercato morose qui a vu quelques talents de plus s’exporter. Un tableau pas très reluisant…

A quelques jours du début de la saison, on constate qu’une fois de plus, la L1 va perdre plusieurs de ses joueurs importants. Pas des cadors internationaux certes, mais des éléments de valeur qui, techniquement, sont d’un apport indéniable. Prenons le cas de Trémoulinas. Saint-Etienne le récupère en prêt en janvier dernier. On est plutôt content de voir un arrière gauche de ce niveau dans notre championnat. On pense qu’il va rester, qu’un accord sera trouvé en ce sens. Résultat, il préfère retourner en Ukraine dans un pays pour le moins « tourmenté », dans championnat sportivement sans intérêt.

Des joueurs comme Cabella, Rivière, ne sont plus retenus. Au-dessus de 6/7 millions, la L1 vend. Pire, elle n’achète plus. Les effectifs semblent chaque année plus pauvres. Obtenir le prêt d’un Chantôme est une sorte de Graal. On court après le poids offensif de Brandao. De retour de Chine, Hoarau est une vedette. L’expérience d’un Digard est recherchée. Alliadière s’en va au Qatar rattraper les salaires perdus au cours d’une carrière problématique. La liste des joueurs qui s’en vont dans des clubs « exotiques » ne cesse de s’allonger.

Compétitivité en berne, attractivité proche du néant

Lille ne pourra peut-être pas retenir Kalou. Le veut-il ? C’est cher. Grâce à deux mouvements au Mondial, Origi a été vendu à Liverpool. Il va rester en prêt. Ce sera déjà la vedette du club.
Toutes les politiques sportives tournent autour des jeunes. Le jeunisme est l’espoir de notre foot. J’y vois au contraire une forme de maladie.

La plupart des clubs se battent avec leur service « compta ». Ils se plaignent de ces impôts qui sont trop lourds. La taxe à 75% les étouffe. Ceux qui la payent, ne peuvent plus acheter. Ça touche indirectement ceux qui ne la payent pas. Le foot français est comme les autres secteurs de notre économie. Compétitivité en berne, attractivité proche du néant. La morosité ambiante est partout.

J’entends ce discours, je constate tous ces départs. Je me dis que les causes sont multiples. L’OM, l’OL, Lille n’en finissent plus de payer leur politique sportive défaillante. Ces recrutements ratés à la pelle, ces salaires de dingue donnés à des joueurs moyens.
Ces trois clubs sont au-dessus de 70 millions de budget. Les deux premiers au-dessus de 100 ! Ils font quoi de cet argent ? Les propriétaires de l’OM, l’OL, Rennes, Toulouse, Montpellier, Lorient, Lille, Bordeaux, sont parmi les plus grosses fortunes de ce pays. Visiblement gérer un club de foot est ce qu’il y a de plus compliqué dans leurs activités. Je n’ose même pas aborder la gestion du RC Lens. Ce pauvre Martel me fait de la peine.

Ça ressemble de plus en plus à du « désinvestissement »…

A Marseille, la patronne a remis la main au portefeuille. Elle a encore effacé l’ardoise. Le club s’est réconcilié avec la mairie et une énième nouvelle aventure va pouvoir débuter. Avec quels joueurs Bielsa va-t-il travailler ? On ne sait pas trop. On veut vendre, peut-être acheter. On ne sait plus. Valbuena va lui enfin partir. Celui qui pendant des années aura été pour beaucoup d’observateurs et une grande partie du public français, un crack ne va pas en Espagne, pas en Angleterre, pas en Italie, pas en Allemagne, non. En Russie. Après tant d’années sans la moindre offre, il a changé d’agent pour enfin trouver. Mais rien de mieux que le Dinamo Moscou ! Finalement, Sagnol a raison quand il dit que les journalistes n’ont pas de compétences techniques. 90% d’entre eux nous ont toujours vendu Valbuena comme un joueur pouvant évoluer dans les plus grands clubs.

A quelques jours de la reprise, le tableau n’est donc pas très reluisant. On nous a pourtant dit que la spirale était positive. Les droits télé vont augmenter. Les stades neufs arrivent. Même moi j’étais optimiste !

Les médias payeurs, ceux qui optent pour une « écriture positive » du feuilleton L1, vont tout miser sur le PSG et Monaco. L’ASM dont il faudra parler plus tard, tant là encore, je me pose des questions. Ça ressemble en effet de plus en plus à du « désinvestissement »…

Bon, on va encore dire que je vois tout noir. En même depuis des années, je ne suis pas sûr que voir les choses autrement eut été plus juste. Plus adapté à notre situation. Je vais donc suivre avec attention l’arrivée des nouveaux coaches. C’est à eux d’adopter une écriture positive, pas à ceux qui observent et analysent. Le jeu, les joueurs, c’est ça le plus important. Nous on ne demande qu’à s’emballer…

D.Riolo