RMC Sport

Ligue 1 : Saint-Etienne remercie la "goal line technology"

Saint-Etienne s’est imposé face à Angers (1-0), ce dimanche, et revient à deux points de son adversaire du soir, troisième de L1. Une manière de préparer 2016 avec d’excellentes perspectives.

Cela faisait un mois et cinq matches toutes compétitions confondues que Saint-Etienne avait perdu le goût de la victoire (trois défaites, deux nuls, un point sur neuf pris en L1). Les Verts ont profité de leur dernier match de l’année 2015 pour mettre fin à cette série et s’ouvrir de belles perspectives en 2016. Ils se sont en effet imposés face à Angers ce dimanche (1-0) et recollent à deux points de leurs adversaires du jour, troisièmes. Résultat, les hommes de Christophe Galtier sont dans les mêmes temps de passage que la saison passée.

Si les Stéphanois avaient plus de points à mi-parcours (36 contre 29), l’écart avec le troisième est le même qu’en décembre 2014. Ce dimanche, Geoffroy-Guichard a longtemps attendu un déclic. Il est finalement venu d’un nouveau coup du sort avec la sortie sur blessure de Romain Hamouma (57e), qui s’ajoute à la longue liste de joueurs de l’infirmerie. Pour une fois, ce coup dur a été bénéfique aux Verts puisque Benjamin Corgnet, son remplaçant, a ouvert le score cinq minutes plus tard en surprenant Ludovic Butelle d’une frappe du gauche après une succession de mauvais renvois de la défense (1-0, 62e).

Sissoko sur la barre

Cette avance n’a pas tenu à grand-chose. Car les Angevins, auteurs d’une première partie de saison de folie, ont tout fait pour arracher le nul et passer l’hiver comme dauphin du PSG. Ils auraient pu y parvenir sur une action brouillonne (83e) qui aurait pu aboutir sur un penalty en leur faveur. Ils y ont même cru quand Sissoko a expédié une frappe terrible sur la barre (89e). Tous les Angevins ont alors fixé leurs regards vers le bras de l’arbitre et sa montre "goal line technonolgy", qui ne s’est pas mise à vibrer pour valider le but. Une partie du ballon seulement a franchi la ligne. Pas sa totalité. Cela ne s’est pas joué à grand-chose. Saint-Etienne a eu chaud.

L'énorme faute de Ruffier sur Sissoko, non sanctionnée d'un penalty
L'énorme faute de Ruffier sur Sissoko, non sanctionnée d'un penalty © AFP