RMC Sport

Ligue 1: Troyes dénonce des "propos racistes" contre Suk face à l'OM

L'Estac condamne les propos discriminatoires tenus à l'égard de son attaquant sud-coréen Hyun-Jun Suk, lors de la défaite de dimanche face à l'OM (1-0). L'affaire va être traitée par la commission de discipline de la LFP.

Deux jours après sa défaite 1-0 face à l'Olympique de Marseille, l'Estac a publié mardi soir un communiqué pour dénoncer des "propos racistes" tenus pendant le match contre Hyun-Jun Suk. Dans ce Vélodrome qui était à huis clos, des micros placés à proximité du banc marseillais ont fait entendre des propos discriminatoires tenus à l'égard de l'attaquant sud-coréen.

"Le samouraï, il nous l'a découpé deux fois", dit une personne, en réaction à un tacle en retard du joueur troyen sur Pape Gueye. "Il va faire des sushis", enchaîne une autre, dans cette séquence qui s'est déroulée à une dizaine de minutes de la fin de la rencontre.

"S'il est absolument hors de question de donner écho aux paroles captées par les micros d'Amazon Prime ce dimanche, ces propos sont tout bonnement inacceptables et viennent entacher une discipline, le football, qui se veut par essence multicolore et multiculturelle. Le club condamne fermement toute forme de racisme ou de xénophobie", écrit l'Estac.

"L'Estac soutient toutes démarches entreprises pour lutter contre ce fléau. Le club épaulera et soutiendra le joueur dans les actions qu’il souhaitera entreprendre", conclut l'actuel 17e de Ligue 1.

L'OM a présenté ses excuses

Contacté par l'AFP, un porte-parole de l'OM a expliqué dans la soirée que le président du club Pablo Longoria, mis au courant de l'incident peu auparavant, avait contacté son homologue de l'Estac pour "présenter les excuses de l'OM au joueur et au club de Troyes".

"L'OM condamne évidemment tout propos raciste. Pablo Longoria a précisé au président troyen qu'il demanderait des explications aux auteurs de ces propos", a déclaré la même source, qui a précisé que l'OM n'avait "pas encore formellement" identifié les auteurs des phrases en question.

Selon les informations de RMC Sport, la commission de discipline de la Ligue de football professionnel va se saisir de l'affaire.

Julien Absalon avec Loïc Briley