RMC Sport

Ligue1: triste record pour Nantes, qui n'avance plus du tout

Battu à Metz (0-2), le FC Nantes a subi sa première défaite sous les ordres de Raymond Domenech et voit se rapprocher la zone rouge, qu’occupe toujours Dijon après un nul (1-1) contre Strasbourg. Reims a dominé Brest (1-0).

Metz-Nantes: 2-0

Il est fini, le temps des exploits sans lendemain en Ligue 1. Une semaine après une grosse performance à Lyon (victoire 1-0), Metz a logiquement dominé (2-0) le FC Nantes de Raymond Domenech, qui subit sa première défaite en tant que coach des Canaris. Avec l’ancien sélectionneur de l’équipe de France à sa tête, le FC Nantes fait du surplace et enchaîne un douzième match de rang sans succès. Un triste record.

Plein de bonne volonté mais toujours aussi maladroit et inoffensif, le FC Nantes n’a pas cadré un seul tir dans ce match. Même avec plus d’engagement et d’allant pour se projeter en seconde période, les Nantais ont continué d'éprouver les mêmes difficultés à fonctionner en attaque placée. Passeur décisif sur l’ouverture du score de Leya Iseka (35e), Boulaya a anéanti tout espoir de retour dans le temps additionnel (90e+4).

Seul un miracle, qui a bien failli prendre la forme d’un penalty finalement refusé à Coulibaly, aurait pu permettre aux Nantais de repartir de Saint-Symphorien avec un point. Les Grenats enchaînent et s'installent dans le top 10 (8e), tandis que Nantes (17e) compte seulement trois points d'avance sur la 18e place occupée par Nîmes, dont le match a été reporté.

Dijon-Strasbourg: 1-1

Dijon reste englué dans la zone rouge, en 19e position. Le DFCO n’a pu faire mieux qu’un match nul contre Strasbourg à domicile (1-1). Il aura fallu attendre la 40e minute du match pour voir la première frappe cadrée, par Dina Ebimbe, dans un moment de la rencontre plus favorable aux Dijonnais, après 35 premières minutes dominées par les Strasbourgeois. Les Alsaciens se sont procurés quelques situations par intermittence, mais dans l’ensemble, le spectacle n’a pas forcément été au rendez-vous dans le premier acte.

C’est l’homme en forme de Strasbourg, Ludovic Ajorque, qui a débloqué la situation pour le Racing au retour des vestiaires (52e) en inscrivant un quatrième but en quatre matchs, le dixième de la saison. Un record pour lui. Strasbourg a été proche de doubler la mise deux minutes plus tard, mais Thomasson a touché la barre. Secoués par l’ouverture du score adverse, les Dijonnais ont poussé, animés par de bien meilleures intentions, récompensées à l’heure de jeu par ce but de Coulibaly (63e).

Reims-Brest: 1-0

Reims a comblé une partie de son retard au classement sur Brest, grâce à un succès obtenu à domicile contre des Bretons peu vernis (1-0). Un but chanceux inscrit contre le cours du jeu, sur le seul tir cadré de la rencontre, a donné aux Rémois une courte avance à la pause. C’est une déviation heureuse de la tête, signée Mbuku, surpris par la reprise soudaine et puissante de Chavalerin, qui est venue concrétiser la belle réponse du Stade de Reims à la domination stérile adverse. 

Deux minutes auparavant, le coup de fusil de Chardonnet avait déjà heurté le poteau de Rajkovic. Le jeu est resté plaisant au retour des vestiaires, avec toujours aussi peu d’occasions franches de part et d’autre cependant, la faute à un manque d’efficacité et de justesse technique à l’approche de la zone de vérité. Brest a beaucoup poussé sans toutefois parvenir à forcer le verrou adverse (1 seul tir cadré en 16 tentatives). Reims revient à deux points de son adversaire du jour et s'empare de la 14e place.

QM