RMC Sport

Lille toujours allergique aux gros

Eden Hazard

Eden Hazard - -

Vainqueur à l’aller (3-1), Lyon n’a pas perdu au retour, ce dimanche, contre Lille (1-1). Comme Rennes (1-1), Paris (0-0) et Marseille (3-1) cette saison. Un résultat qui ne fait que confirmer les difficultés du Losc à exister devant les autres pensionnaires du Top 5.

Etre leader sans avoir battu un seul de ses adversaires directs. Tel est le paradoxe du Losc cette saison. Lyon ? Une défaite à l’aller (3-1), un nul au retour (1-1). Rennes, Paris ? Deux matches nuls (1-1 et 0-0). Marseille, que les Lillois retrouveront dimanche prochain ? Une défaite trois buts à un. Capable de dicter leur loi aux autres équipes de Ligue 1, le groupe de Rudi Garcia peine à en faire de même devant ses concurrents directs.

Le jeu pratiqué par Lille cette saison est certainement le plus chatoyant des pensionnaires du top 5 de Ligue 1. Sa ligne d’attaque, Hazard-Sow-Gervinho, l’une des plus redoutables. Mais on peut avoir la meilleure gâchette de l'élite (17 buts pour Sow), deux des meilleurs joueurs du championnat (Hazard et Gervinho) et un milieu de terrain aussi complémentaire sans pour autant s’imposer partout. Si la situation n’est pas si grave après 25 journées – après tout, Lille est toujours leader bien qu’à la différence de buts – elle affiche en grand les manques des Nordistes face aux gros. Un manque, notamment, de sang-froid à l’heure de « tuer » son adversaire, comme ce fut le cas en première période pour le Losc dimanche face à Lyon. Une tare à vite régler, et si possible, dès la semaine prochaine face aux Marseillais.

Rami : « A l’abri de rien du tout »

« Il a manqué un peu de réussite et de folie, confirme le défenseur Adil Rami. On piétine. Il nous reste Marseille. On est à l'abri de rien du tout. C'est dur. La fin de championnat va se jouer sur le mental. » Le mental justement. Les Lillois, assurément, n’auront pas oublié que la Ligue des Champions leur avait échappé lors de l’ultime journée du dernier championnat. Eux, qui ont été dix fois leaders sur les onze dernières journées, ne souhaitent probablement pas revivre un tel scénario. « On n’est pas prétentieux, rétorque Michel Seydoux, le président de Lille. Le championnat n’est pas fini et il reste beaucoup de points à distribuer. Je ne suis pas défaitiste de ce point pris. J’estime que c’est un bon point. » Il en faudra un peu plus, tout de même, pour rester tout en haut.

Alix Dulac avec Jean Bommel