RMC Sport

Lorient: "Le meilleur projet sportif" pour Stéphane Diarra

Transféré à Lorient en provenance du Mans, Stéphane Diarra était convoité par plusieurs grosses équipes. Le milieu offensif franco-Ivoirien a souhaité rejoindre la Bretagne pour pouvoir jouer. Il s’en explique pour RMC Sport.

Stéphane Diarra, pourquoi avoir décidé de rejoindre Lorient?

J’ai eu Christophe Le Roux, le directeur sportif, et Christophe Pélissier, l’entraîneur, pendant le confinement. Donc très tôt, avant l’ouverture des transferts. Cela a été le premier club à me montrer qu’ils avaient vraiment envie que je signe. Ils m'ont fait comprendre que j’étais une priorité et que le coach Pélissier allait m’aider à progresser et à atteindre mes objectifs. On a ensuite discuter avec mon agent et ma famille. Et on a pris la décision de rejoindre Lorient. Ils m’ont fait comprendre qu’aller à Lorient, c’est montrer que je veux prendre mon temps. C’est un choix de raison, un choix réfléchi.

Aviez-vous plus d’assurance de jouer en rejoignant Lorient?

Oui. Je tiens d’ailleurs à remercier mon agent et ma famille car ils m’ont vraiment accompagné dans ce choix. C’est un peu bateau de dire ça, mais Lorient c’est un projet sportif. L’entraîneur m’a expliqué comment il souhaite me faire jouer. Et puis Lorient, ça joue au ballon, ça essaye d’avoir la possession. On sait que l’objectif ce sera le maintien, mais on veut bien le faire.

Vous retrouvez un club de Ligue 1, trois ans après votre départ de Rennes, est-ce une revanche?

Non parce que je ne garde que le positif de Rennes. J’ai passé mon bac là-bas, c’est une étape importante de la vie quand même. J’ai ensuite su redescendre en National 1, puis en Ligue 2 pour retrouver la Ligue 1. Cela m’a donné faim de jouer en L1. Redescendre de deux divisions, cela a été difficile à accepter au début, mais j’ai fini par me dire que c’était mon chemin et qu’il fallait que je passe par là pour revenir. Ce qui ne tue pas rend plus fort!

Vous revenez aussi en Ligue 1 dans un club où vous avez un statut différent...

Et c’est aussi pour cela que je n’ai pas voulu aller dans un très grand club tout de suite. Pour arriver dans un gros club, il faut un statut, il faut avoir prouvé au plus haut niveau. Sinon, tu es numéro 2 ou numéro 3 et tu ne joues pas beaucoup. Je sais que j’ai encore beaucoup de progrès à faire. Surtout dans l’efficacité. J’ai mis quatre buts et fait quatre passes décisives avec Le Mans l’année dernière (en Ligue 2, ndlr). Ce n’est pas assez. J’ai besoin de gagner en efficacité.

Vous sentez-vous jugé uniquement sur vos statistiques?

Pas uniquement, non... Mais il est vrai que les statistiques sont importantes dans le football d'aujourd'hui. Je pense avoir fini meilleur dribbleur de Ligue 2 la saison dernière. Je dois encore être plus tueur devant le but, plus altruiste.

Loïc Tanzi