RMC Sport

LOSC-OM : Un choc en apéritif

Aurélien Chedjou et Loïc Rémy

Aurélien Chedjou et Loïc Rémy - -

Le Trophée des Champions oppose ce mercredi (20h45) à Tanger, au Maroc, le champion de France lillois et vainqueur de la Coupe de France à son dauphin en championnat, l’OM. Le coup d’envoi de la saison, à dix jours de la reprise de la Ligue 1.

Montréal, Radès, Tanger. Chaque été depuis trois ans, le foot français joue les touristes pour convaincre le monde de suivre avec la plus grande attention la saison à venir. Après le Canada et la Tunisie, c’est au Maroc qu’il a posé ses valises cette semaine. Deux de ses meilleurs représentants seront au rendez-vous ce mercredi (20h45, heure française) du Trophée des Champions. Lille, champion de France et vainqueur de la Coupe de France, a contraint la Ligue à fouiller dans son règlement pour trouver son adversaire. C’est l’OM, deuxième du championnat, qui a été invité à cet apéritif de la saison 2011-2011, dont le vrai coup d’envoi sera donné les 6 et 7 août avec la 1ere journée de Ligue 1.

Jusqu’au clasico OM-PSG en 2010, ce match ressemblait surtout à une ultime rencontre de préparation. Il a gagné en importance et voir les deux équipes se battre vraiment pour la victoire serait la meilleure publicité possible pour la LFP. « On joue tous nos matchs pour les gagner mais quand il y a un titre en jeu, c’est encore plus motivant, assure Steve Mandanda, le gardien et capitaine marseillais. On détient ce trophée, en plus. Ce serait bien de pouvoir le conserver. » Mais l’opération séduction du public marocain est délicate. Sur la plage de Tanger, c’est l’Espagne toute proche, la Liga, le Barça et le Real Madrid qui remportent tous les suffrages.

Mandanda : « Conserver notre trophée »

Le taux de remplissage du flambant neuf stade de Tanger (45 000 places) sera donc une première indication sur le succès de cette troisième délocalisation. Sur le terrain, la curiosité se portera surtout sur le LOSC, avec ses recrues Dimitri Payet, Benoît Pedretti et Marko Basa, qui devront faire oublier Gervinho, Yohan Cabaye et Adil Rami. Du côté de l’OM, après un mercato rapidement mené (Nkoulou, Amalfitano, Morel, Bracigliano), seul le cas de Lucho pose problème. L’Argentin, qui n’a qu’une envie, partir, sera a priori sur le banc. Un dossier que Didier Deschamps espérait voir réglé avant le 15 juillet…