RMC Sport

Louvel : « La réunion a laissé un espoir »

Jean-Pierre Louvel, le président de l'UCPF

Jean-Pierre Louvel, le président de l'UCPF - -

Jean-Pierre Louvel, le président de l’Union des clubs professionnels de football (UCPF), juge assez positive la réunion de médiation sur la taxe à 75% qui a lieu ce mercredi avec Jean Glavany. Il était dans l’After sur RMC.

Jean-Pierre Louvel, quel bilan faites-vous de cette réunion de médiation sur la taxe à 75% ?

Il y a un cadre qui a été fixé sur des modalités concernant la taxe, parce qu’elle pose des problèmes techniques. Les questions ont été posées. On doit avoir des réponses dans les jours ou les semaines qui viennent. Et puis ont été exposés également des problèmes concernant la fiscalité globale du football. Là aussi, il va y avoir des échanges qui vont se poursuivre pour essayer de trouver des solutions sur ces aspects-là.

Quelles sont les pistes de travail ?

Il y a d’abord des aspects techniques sur la taxe qu’il faut régler. Et pour l’instant, ils ne sont pas réglés. C’est important, parce qu’on oublie une chose : nos sociétés sont, pour 99% d’entre elles, en année sportive, pas civile. Elle démarre le 1er juillet et finit le 30 juin. Quand vous avez des salaires qui sont pris sur l’année civile et des chiffres d’affaires qui sont pris sur l’année sportive, ce n’est pas tout à fait la même chose. Il faut que l’on coordonne tout ça.

Si le gouvernement accepte de revenir sur la rétroactivité de la loi, cela suffirait-il pour lever le mot d'ordre de grève ?

Oui. Ça, on l’a toujours dit. C’est un élément essentiel. Jusqu’à preuve du contraire, ce qui nous a été annoncé, c’est qu’ils ne reviendraient pas sur cette rétroactivité sous cette forme-là. Ce n’est pas quelque chose qu’on peut envisager aujourd’hui. Si c’est nécessaire et si nous devons aller jusque-là, nous aurons des arguments à faire valoir au Conseil Constitutionnel.

Le retour du DIC (Droit à l'image collective) serait-il un autre motif d'annulation de la grève ?

Bien sûr. Ça fait partie de nos bases de discussion. Il ne faut plus l’appeler le DIC, puisqu’il a été tué et qu’on ne va pas revenir dessus. Mais il y a d’autres formes de droit à l’image, de reconnaissance des entreprises de spectacle, sur différents domaines. C’est un sujet très important, c’est reconnaître que le football est aussi un spectacle. Et donc qu’il doit être traité comme d’autres entreprises de spectacle.

On a l'impression qu'avec un petit effort de l'Etat, vous laisserez tomber votre projet de journée blanche le 30 novembre...

Laisser tomber, la décision sera prise demain (jeudi) au comité exécutif de l’UCPF en fonction de ce qu’on va rapporter à nos clubs sur la discussion de ce soir (mercredi). Laisser tomber, je ne pense pas. Peut-être reporter, pour laisser à la discussion le temps nécessaire. Tout dépend de l’analyse qui sera faite au comité exécutif. On peut dire que la réunion de ce soir a laissé un espoir pour éviter cette journée blanche du 30 (novembre), mais je laisse le soin d’en décider au comité exécutif.

Sur une échelle de 1 à 10, à quel niveau placeriez-vous cet espoir ?

Je le mettrais à 6. Il y a des points de discussion qui sont ouverts. Il faut rester vigilant pour aller au fond des choses.

A lire aussi :

>> Taxe à 75% : Le foot français à l'Elysée

>> Louvel : "Cette taxe ne doit pas être rétroactive"

>> Labrune : "Le foot français se meurt"

La rédaction