RMC Sport

Lyon, entre deux eaux

Lisandro Lopez

Lisandro Lopez - -

Actuel dauphin du PSG, l’OL n’a pas dit adieu au titre mais n’est pas non plus assuré de terminer la saison sur le podium. Et si les Lyonnais affichent toujours un discours très ambitieux, leurs récents résultats inciteraient plutôt à la prudence.

Quatre points de retard sur Paris, trois d’avance sur Marseille. A dix journées du terme de la saison, le sprint final est proche et l’OL ne sait toujours pas vraiment vers où il doit regarder. Le récent nul concédé à domicile contre l’OM (0-0) n’a pas livré ses vérités. Si ce n’est une vérité comptable, voyant le PSG reprendre deux unités à son dauphin pour conforter un fauteuil de leader qu’il entend ne plus quitter.

En bon capitaine de navire, Rémi Garde, que la physionomie de la saison a logiquement fini par rendre ambitieux, ne renonce pas à lever les yeux vers le ciel : « Paris est qualifié en Ligue des champions, ils sont toujours engagés en Coupe de France, ils ont une fin de saison qui va être chargée, prophétise-t-il. Tant qu’on est mathématiquement à portée de tir, on va espérer. Espérer, ça ne suffit pas. Il faut gagner des matches. En ce moment, on n’en gagne pas assez, mais croyez-moi, on est loin d’avoir perdu l’espoir. »

Garde : « Je n’imagine pas finir moins bien que deuxième »

Logique, vu les faux-pas dont Paris se montre trop régulièrement coupable pour espérer faire tranquillement cavalier seul jusqu’au bout. Mais le parcours de plus en plus chaotique des Lyonnais les oblige aussi à surveiller leurs rétros. Sur leurs huit dernières rencontres, toutes compétitions confondues, ils n’en ont remporté que deux. Plus inquiétant encore, la forteresse de Gerland est de moins en moins hermétique. Imprenable en début de saison (8 victoires en 10 matches), elle est désormais à la portée du premier venu (1 victoire sur les 5 derniers matches).

Attention donc à ce que le discours de Garde ne soit pas l’ambition qui cache la forêt. Le technicien rhodanien n’hésite d’ailleurs pas à rappeler la valeur de sa deuxième place actuelle : « Ce serait bien sûr une très grosse déception pour moi de finir moins bien que deuxième. D’ailleurs, je ne l’imagine pas. Mais forcément, on regarde à la fois au-dessus et en dessous. Il faut se rappeler de ce qu’on a traversé et des objectifs du début de saison (une place dans les cinq premiers, ndlr) ». Entre deux eaux, les Lyonnais n’ont de toute façon pas le temps de tergiverser. Le PSG n’attendra pas et la meute des poursuivants marseillais, niçois, lillois et stéphanois se fait plus pressante que jamais. Seule alternative : gagner à nouveau. Et ce dès samedi, à Bastia (17h).

Alexis Toledano avec Luis Attaque