RMC Sport

Lyon-Monaco : l’ASM roule presque en C1

-

- - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Vainqueur à Lyon (3-2) d’un match spectaculaire mais marqué par des erreurs d'arbitrage, Monaco a conforté sa deuxième place et compte neuf points d’avance sur Lille, troisième. La qualification directe en Ligue des champions se rapproche.

Le PSG va être sacré champion. L’inverse paraît improbable. Mais on ne pourra pas reprocher à Monaco de ne pas avoir gardé les stars parisiennes sous pression. Vainqueur logique à Lyon (3-2) ce dimanche après-midi dans un match spectaculaire, l’ASM est assurée de terminer cette 29e journée avec neuf points d’avance sur Lille, troisième (avant d’accueillir… le LOSC dimanche prochain). Un gouffre qui semble impossible à combler tant Monaco et ses individualités sont capables d’aller chercher les victoires nécessaires pour assurer cette deuxième place directement qualificative pour la Ligue des champions. Avec une moyenne de 2,14 points par match, les hommes de Claudio Ranieri affichent même un profil de futur champion. Peuvent-ils encore le faire ? On n’y croit pas. Mais en revenant à cinq points du PSG avant le match entre Paris et Saint-Etienne dimanche soir (21h), Monaco oblige le club de la capitale à ne pas se relâcher.

Et Lyon dans tout ça ? Invaincu en Ligue 1 depuis le 2 février, l’OL a subi sa deuxième défaite de la saison à Gerland et n’a pas obtenu le succès qui l’aurait fait revenir à hauteur de Saint-Etienne et à cinq longueurs de Lille. Ses espoirs de podium se sont peut-être bien évaporés. Mais les Lyonnais, toujours cinquièmes, n’ont pas à rougir. Peut-être juste à regretter trois buts monégasques tous plus ou moins entachés de hors jeu non sifflés et qui ne vont pas aider à rehausser l'image des arbitres... Avec un OL tout juste sorti de sa démonstration (4-1) face à Plzen en 8e aller de la Ligue Europa, un Monaco venu consolider sa deuxième place, un stade garni de plus de 35 000 spectateurs, un beau soleil et la chaleur, tout était réuni pour un match de gala. Comme un parfum des grandes soirées des années 2000 à Gerland. Et le résultat s’est montré à la hauteur. Avec un résultat similaire à celui de l’aller : une victoire monégasque (3-2). L’OL a beau retrouver des couleurs et l'arbitrage avoir joué un trop grand rôle, la meilleure équipe s’est imposée. Les Monégasques n’ont d’ailleurs pas mis longtemps à faire parler la poudre.

Gourcuff de retour

Un peu plus de trois minutes, le temps pour un Germain capitaine de profiter d’une remise de Berbatov pour marquer d’une frappe tranquille (1-0, 4e). Les débats étaient lancés et Lyon réagissait vite avec une subtile tentative de piqué signée Alexandre Lacazette (6e). Avant de connaître une tuile avec la blessure à la cuisse droite de Samuel Umtiti, remplacé par Bakary Koné (9e). L’OL mettait alors le pied sur le cuir sans parvenir à inquiéter l’ASM. Si efficace à l’extérieur cette saison (deux défaites seulement), Monaco attendait son heure. Au bout d’un joli mouvement initié par Kurzawa, James Rodriguez et Germain, Berbatov offrait une passe décisive heureuse au Colombien qui n’avait plus qu’à marquer de près (2-0, 27e). Les Gones auraient pu se laisser abattre. Ils allaient rebondir dans la foulée. Un centre de Miguel Lopes en bout de course et Jimmy Briand redonnait l’espoir (2-1, 32e) d’une frappe sans contrôle dans la surface.

Au retour des vestiaires, c’était au tour des troupes de Claudio Ranieri de perdre un homme, Kurzawa, touché derrière la cuisse gauche et remplacé par Andrea Raggi (49e). Une minute plus tard, les Lyonnais réclamaient en vain un penalty pour une obstruction de Nicolas Isimat-Mirin sur Lacazette. Ils allaient surtout prendre un grand coup sur la tête juste après. Lancé dans le dos de la défense par Rodriguez, qui en est mine de rien à 7 buts et 9 passes décisives sur l’exercice, Berbatov faisait apprécier sa maîtrise technique d’un splendide piqué du droit (3-1, 52e). De retour après cinq semaines d’arrêt, Yoann Gourcuff rentrait (53e) pour dynamiser le milieu. Sa belle reprise ne faisait pas mouche (66e) mais Briand profitait d’une sortie aérienne ratée de Subasic pour maintenir l’espoir lyonnais (3-2, 78e). Mais Monaco ne craquait pas. Direction la Ligue des champions. Un an après sa remontée de Ligue 2, et même avec les moyens déployés, la performance globale monégasque reste superbe.

A lire aussi :

>> En vidéo : Lacazette sur les traces des plus fines gâchettes de l'OL

>> L1 : ce qu'il faut retenir de la 29e journée

>> En vidéo : Falcao présente sa rééducation à Madrid

Alexandre Herbinet