RMC Sport

Lyon ne veut plus attendre

Michel Bastos

Michel Bastos - -

Privé de titre ces deux dernières saisons, le club rhodanien a choisi la stabilité à l’intersaison pour tenter de retrouver la première place. Un bon choix ? Début de réponse, ce samedi, avec la réception de Monaco à Gerland.

Lyonnais champions de France, comptez-vous ! Ils ne sont plus que six joueurs à avoir connu l’ivresse d’une couronne hexagonale (Toulalan, Reveillère, Cris, Vercoutre, Kallström et Delgado, ndlr) au moment de partir à la recherche d’un nouveau sceptre. Deux ans avec Claude Puel. Avant lui, quatre entraîneurs s’étaient partagé sept trophées de champion de France. La pression est donc sur les épaules du technicien à l’aube de sa troisième année de contrat (sur quatre).

« Les objectifs sont toujours énormes et c’est légitime. On a envie de retrouver ce titre qui nous manque depuis deux saisons. Cela paraît loin. Il ne faudrait pas trop que cela dure », grimace le défenseur Anthony Reveillère, qui sera suspendu face à Monaco.

Pour cette mission reconquête qui va démarrer à Gerland contre l’équipe de Guy Lacombe, Puel s’appuie sur un groupe pratiquement inchangé par rapport à l’année dernière puisqu’il n’a enregistré qu’une seule arrivée, celle de Jimmy Briand. L’ancien attaquant de Rennes devrait débuter seul en pointe contre l’ASM en attendant un retour de Lisandro Lopez. L’Argentin, comme son compatriote Cesar Delgado (adducteurs), sera absent en raison d’un problème à la gaine du tendon d’Achille.

Toulalan recule d’un cran

Avec deux victoires, deux nuls et deux défaites lors des matches de préparation, Lyon n’est pas le champion des matches amicaux mais on a aperçu quelques bonnes séquences la semaine passée face à Milan (1-1) et surtout du rythme. Un élément précieux lorsque personne n’est encore vraiment réglé. Cette saison devrait surtout marquer le recul de Jérémy Toulalan en défense centrale aux côtés du capitaine Cris. Le départ de Jean-Alain Boumsong oblige le milieu défensif de formation à se reconvertir derrière. Maxime Gonalons prenant sa place devant la défense.

Contrairement à Lyon, Monaco a été très largement remanié. Les Monégasques ont notamment perdu Nene mais ont peut-être gagné en puissance de feu avec la signature du Roumain Daniel Niculae (ex-Auxerre). L’ASM s’est bien préparée avec notamment une victoire probante sur Marseille (1-0). L’an dernier, l’OL avait plombé ses ambitions lors des matches allers. Un nouveau faux-départ ferait tâche dans une saison où l’absence de titre sonnerait la fin de l’ère Puel.

M.M. avec Edward Jay à Lyon