RMC Sport

Lyon retrouve l’appétit

-

- - -

La victoire des joueurs de Claude Puel sur Lens (3-0) leur permet de se replacer dans la course à la Ligue des champions, voire au titre. Après une semaine riche en tensions, c’est presque inespéré.

« Et ta mère ? » C’est une certitude, Gerland n’a pas pardonné à Aly Cissokho son invective à l’encontre d’un supporter cette semaine. Copieusement sifflé à chacune de ses prises de balle en début de match, le latéral gauche symbolise presque à lui seul la semaine difficile que les Lyonnais viennent de traverser après leur match nul à Nice (2-2). Mais des tensions lyonnaises, il ne reste plus grand-chose ce matin. Car en l’emportant devant Lens (3-0) grâce à un but contre son camp de Bedimo (55e), une frappe de Briand (61e) et une tête de Lisandro (90e), les joueurs de Claude Puel ont réalisé la meilleure opération de ce week-end de Ligue 1.

Avec les défaites de Lille et de Rennes et le match nul de Marseille, ils se replacent en troisième position du classement. A cinq points des Lillois et à deux des Marseillais, ils peuvent légitimement continuer à espérer une qualification en Ligue des champions. Même le titre ne semble plus inaccessible. « On verra par la suite, estime Miralem Pjanic. Les autres équipes ont lâché ce week-end, mais ça ne dépendra que de nous. On a les capacités et le mental pour ça. »

Aulas condamne Puel

Pour en arriver là, Claude Puel a dû sévir. Signe de la reprise en main de l’entraîneur lyonnais, son capitaine, Cris, a regardé ses coéquipiers en découdre avec les Nordistes sur le banc. Peut-être une sanction après son tampon contre Clément Grenier à l’entraînement cette semaine. Sans doute, plutôt, une décision purement sportive, tant les performances du Brésilien sont en déclin ces dernières semaines. Associé à Lovren, Jérémy Toulalan a finalement retrouvé le poste de défenseur et le brassard qu’il avait eu tant de mal à accepter en début de saison. Comme si Claude Puel n’avait pas renoncé à son pari. « C'était un match très difficile à préparer, avec pas mal de tension, avoue-t-il. Je félicite les joueurs, qui ont su répondre présent. Cette rencontre, on l’a finalement bien négocié, en concédant très peu d'occasions. On a été très solide. »

L’entraîneur lyonnais n’a de toute façon plus grand-chose à perdre. Ce dimanche soir, son président, Jean-Michel Aulas semble lui avoir définitivement réglé son compte. « On n'a peut-être pas eu la meilleure inspiration quand on a signé ce contrat de quatre ans avec Claude Puel », a-t-il lâché au micro de Canal +. En fin de contrat en juin 2012, l’intéressé appréciera. Même si hier soir à Gerland, c’est tout l’OL qui avait retrouvé le sourire.