RMC Sport

Maillot contre l'homophobie: le PSG va avoir une discussion avec Gueye après son boycott

Deux jours après que le milieu sénégalais du PSG Idrissa Gueye a refusé de jouer contre Montpellier en Ligue 1, pour ne pas avoir à porter un maillot au flocage arc-en-ciel, symbole de lutte contre l'homophobie, le club de la capitale insiste sur le fait que la décision du joueur était "individuelle". Et va s'entretenir avec lui.

Idrissa Gueye va-t-il être sanctionné? Rappelé à l'ordre? Rien ne permet de l'affirmer à l'heure actuelle, mais le PSG sort du silence. Deux jours après que le milieu sénégalais a refusé de jouer contre Montpellier en Ligue 1, pour ne pas avoir à porter un maillot au flocage arc-en-ciel, symbole de lutte contre l'homophobie, le club de la capitale fait savoir ce lundi à RMC Sport que la décision du joueur est "une décision individuelle".

Et d'ajouter: "Idrissa Gueye n’était pas dans le groupe pour des raisons personnelles et individuelles. Le Paris Saint-Germain a toujours tenu à combattre toute forme de discrimination et l’a une nouvelle fois fait samedi." Alors que la polémique enfle, et que les réactions politiques - comme celle de Valérie Pécresse - et associatives se succèdent, le PSG va d'ailleurs avoir une discussion avec l'international sénégalais sur ce sujet brûlant.

Les réactions politiques et associatives s'enchainent

Le flocage arc-en-ciel est une initiative mise en place par la Ligue de football professionnel depuis 2019 à l’approche du 17 mai, journée mondiale de lutte contre l’homophobie. L’an passé, Idrissa Gueye avait déjà manqué la réception de Reims à la même période, en prétextant alors une gastro-entérite. A l’époque, le forfait inattendu du natif de Dakar avait déjà fait couler de l'encre, mais son entourage avait démenti toute absence volontaire de sa part. Contactés dimanche, les proches du joueur n'ont cette fois souhaité faire aucun commentaire.

La ministre déléguée aux Sports, Roxana Maracineanu, a elle réagi au micro de RMC Sport : "Idrissa Gueye n’a ni communiqué, ni démenti. Mais si jamais il y a une prise de position, elle serait bien sûr tout à fait regrettable dans un pays comme le nôtre, par rapport à ce combat qu’on mène en lien avec les fédérations sportives et la Ligue. C’est quelque chose qui va obscurcir la belle image que veut donner le football." L'ancienne nageuse, pas convaincue qu'une sanction soit la solution, a précisé ne pas vouloir se "substituer à l'employeur". Le PSG, donc, qui se retrouve en première ligne.

RMC Sport