RMC Sport

Marseille attend toujours le vrai Gignac

-

- - -

Rarement à son avantage depuis son arrivée l’été dernier, l’attaquant phocéen traverse une période agitée à l’heure de ses retrouvailles avec Toulouse, son ancien club, ce dimanche au Stade-Vélodrome (17h).

La scène se déroule vendredi soir au stade Parsemain de Fos-sur-Mer, à la mi-temps du match de Ligue 2 entre Istres et Le Mans (0-0). Venu en voisin (il est né à Martigues), l’attaquant marseillais André-Pierre Gignac, bas de survêtement gris, T-shirt noir et casquette « Olive et Tom » sur la tête, est apostrophé sur son niveau de jeu par un spectateur un peu chambreur. Certains proches du joueur n'apprécient pas. Les esprits commencent à s'échauffer. Gignac, entouré d'une vingtaine de personnes, invite le spectateur à descendre avec lui sur le parvis du stade pour s’expliquer. En tête à tête. Le service de sécurité, alerté afin d’éviter que la situation ne dégénère, n'aura finalement pas besoin d’intervenir. Mais cette tension et cette agitation qui ne cessent d’accompagner André-Pierre Gignac depuis son arrivée à Marseille interpellent. Surtout à deux jours de ses retrouvailles au Stade-Vélodrome avec Toulouse, son ancien club.

André-Pierre Gignac a-t-il fait le bon choix en signant à l'OM, sur ses terres provençales ? Le serial buteur du TFC version 2008-09 (meilleur buteur de L1 avec 24 buts), pointe à cinq unités seulement après 29 journées. Insuffisant pour un joueur qui a coûté 16 M€ aux champions de France. Son cas a été longuement abordé cette semaine par Didier Deschamps : « Il n’est plus à Toulouse, indique le coach marseillais. Il n’a pas perdu ses qualités de buteur, mais il est dans des situations différentes de celles qu’il a pu connaître au TFC. Il a un gros potentiel. C’est lui qui a les réponses. Sa première partie de saison a été pénible. Il est bien revenu en 2011. Sa blessure et le départ de Brandao ont modifié pas mal de choses. »

Casanova : « Il besoin que tout le monde le respecte »

Si l’entraîneur marseillais ne veut pas remettre en cause les qualités sportives de son joueur, force est de constater que son adaptation n’est pas une franche réussite. Mais alors où est le problème ? Resté proche de son ancien attaquant, l’entraîneur toulousain Alain Casanova révèle une facette intéressante de sa personnalité : « Gignac est un très grand affectif, observe-t-il. Il a besoin de sentir de la confiance. Il a aussi besoin que tout le monde le respecte et ait de l’affection pour lui. Il a énormément de cœur. » A fleur de peau, André-Pierre Gignac vivrait-il mal sa première saison décevante dans le club de son cœur ? Cela semble évident. Mais devant un public aussi versatile que celui du Vélodrome, il est aussi capable de renverser la vapeur. S'il marque le but de la victoire dimanche après-midi face à Toulouse, il pourra au moins revenir plus sereinement au stade Parsemain de Fos-sur-Mer…