RMC Sport

Marseille était presque en vacances

Loïc Rémy

Loïc Rémy - -

Longtemps absent des débats sur la pelouse de Caen, l’OM a fini par accrocher les Normands grâce à un doublé de Loïc Rémy (2-2). Sans conséquence pour les hommes de Franck Dumas, qui se maintiennent en Ligue 1. Les Marseillais terminent dauphins de Lille, champion.

Les joueurs de l’OM avaient-ils déjà la tête à leurs congés d’été ? La question s’est posée dimanche soir, tant les hommes de Didier Deschamps ont longtemps semblé avoir la tête ailleurs, partout sauf à Caen en tout cas. A tel point que les Normands, eux aussi, ont longtemps cru arracher leur maintien par un succès somme toute facile. Mais Loïc Rémy en a voulu autrement. Son doublé permet à l’OM de finir la saison sur un nul (2-2). Et pas sur le zéro pointé qui lui tendait les bras.

Pourtant, le scénario d’un partage des points entre Caennais et Marseillais est loin d’être évident au bout des 45 premières minutes. Si Marseille s’est montré en attaque, il ne l’a fait que par bribes, s’en remettant notamment à André Ayew (13e, 35e). En revanche, derrière, l’OM est franchement aux abonnés absents. Mollo (6e) puis Niang (45e) ne souffrent d’ailleurs d’aucune opposition au moment de faire trembler les filets de Mandanda.

Les adieux de Taiwo, le coucou d’Azpilicueta

Mais à l’heure où le débat « du jouer le jeu à fond » était omniprésent sur de nombreux terrains de Ligue 1, l’OM a su se ressaisir. Longtemps solitaire dans le désert, Mathieu Valbuena trouve enfin un écho à son abattage sur le pré par l’intermédiaire de Loïc Rémy (68e). Vingt minutes plus tard, l’international français remet ça, cette fois grâce à un centre de Taye Taiwo, inscrivant là son 16e but de la saison en L1. Un joli geste du Nigérian, qui disputait, en compagnie de Gabriel Heinze, son dernier match sous les couleurs phocéennes. Le premier rejoint les rangs du Milan AC, le second pourrait se laisser tenter par un retour en Espagne (Malaga ?). Le contraste avec l’entrée en jeu en fin de match de Cesar Azpilicueta – de retour après six mois de blessure – fait l’effet d’une page tournée par l’OM. Loin de toutes ces considérations, Caen a souffert. Mais la défaite de Monaco devant Lyon (0-2) a suffi à lui garantir son billet parmi l’élite.

Le titre de l'encadré ici

Deschamps joue toujours la montre|||

Sitôt le coup de sifflet final du match contre Caen donné et la traditionnelle conférence d’après-match lancée, le sujet est revenu sur le tapis. Quel sujet ? L’avenir de Didier Deschamps bien sûr. Et l’intéressé a, une fois de plus, gentiment dribblé les interrogations des médias. « Mon avenir ? Je dois vraiment répondre ? Je ne vais pas répéter ce que j’ai dit il y a 48 heures. Rien n’a changé depuis 48 heures. Je vais réfléchir. Mais pour bien réfléchir, il faut prendre du recul. Le départ de Heinze ? C’est de l’interprétation tout ça. J’attends toujours ce que j’ai dit et après je réfléchirais. » Ce que « DD » attend, c’est cette fameuse feuille de route que les dirigeants doivent lui soumettre pour la saison prochaine. Avec, notamment, le futur budget consacré aux transferts.

Surpris par les caméras de Canal + quelques instants après le passage de son entraîneur, Jean-Claude Dassier n’a pas voulu entretenir le flou. « Il n'y a pas de brouillard à Marseille, a lâché en substance le président olympien. Je n'ai jamais envisagé que Deschamps s'en aille. Il n'y a que vous qui répétez tous les week-ends que Deschamps s'en va, et je répète tous les week-ends que Deschamps reste. Je ne vois aucune ambiguïté dans ce qu'il a dit depuis des semaines, il veut savoir, et moi aussi d'ailleurs, dans quelles conditions on va bâtir l'équipe la saison prochaine. Il réfléchit ? Eh bien, laissons-le réfléchir alors. » Attention tout de même à ce que la réflexion n’accouche pas d’un divorce.

A.D