RMC Sport

Marseille, mental de champion

-

- - -

Menés au score, les Olympiens ont su s’arracher pour empocher une victoire importante sur le terrain du LOSC (2-1).

Marseille n'est pas encore champion, mais le club phocéen a prouvé sur le terrain du LOSC qu'il avait des ressources mentales impressionnantes. En s'imposant au Stadium Nord de Villeneuve d'Ascq, performance qu'aucune équipe n'était parvenue à réaliser depuis Le Mans lors de la deuxième journée, les Marseillais ont également fait le trou au classement. Ils possèdent désormais six points d'avance sur Lyon et cinq sur Bordeaux. Les Girondins ont certes un match en retard à disputer, mercredi à Rennes, mais ce déplacement au stade de la route de Lorient n'aura rien d'une sinécure.

Pénalty raté par Bastos

Eric Gerets avait déjà dû composer avec les blessures pour concocter son onze de départ. Dans les couloirs, notamment, le technicien belge alignait des non-spécialistes : Kaboré à droite et Zubar à gauche. Curieusement, l'entame de match n'est pas très intense. Lille, habitué à exercer un pressing incessant dans les premières minutes, se méfie vraisemblablement des Olympiens. Un premier tournant intervient à la 16ème minute : Valbuena adresse un bon centre à Niang, qui propulse de la tête le ballon au dessus du but. Mais l'international sénégalais demande un pénalty, suite à un accrochage de Béria. Laurent Duhamel reste impassible. L'OM prend peu à peu le contrôle des débats, tandis que les Dogues procèdent par contre. C'est d'ailleurs sur une de ces montées de balle express que Lille obtient un pénalty logique, après une main de M'Bami dans sa surface. Mais Bastos, le meilleur réalisateur du club, tire en plein milieu du but sur Mandanda (41ème).

Marseille à réaction

Dès le retour des vestiaires, les Lillois semblent plus entreprenants. Ils sont très rapidement récompensés. A la conclusion d'un modèle de montée de balle, Eden Hazard, bien servi par Vittek, ajuste Mandanda (1-0, 49ème). On pense alors que l'OM va souffrir de l'absence de certains joueurs cadres comme Cana, Koné, Taiwo ou Wiltord. Mais en quelques instants, ils retournent complètement la situation. Cheyrou, à la réception d'un centre semble-t-il anodin, expédie sa demi-volée dans les filets de Malicki (1-1, 54ème). Trois minutes plus tard, c'est Niang qui donne l'avantage aux siens après une perte de balle de Hazard au milieu de terrain (1-2, 57ème). Lille, de son côté, peine à développer son jeu d'ordinaire si rapide et plaisant. Quand les Dogues se créent des occasions, Civelli est là pour détourner le cuir au dernier moment. Et à voir la joie des Marseillais à la fin du match, on peut gager que cette victoire dans le Nord représente beaucoup dans la course au titre.

La rédaction - Sylvain Mouillard