RMC Sport

Marseille se donne de l’air

-

- - -

Les Olympiens ont parfois peiné, mais ils ont décroché leur première victoire en championnat face à Lorient (2-0) ce samedi soir. De quoi souffler un petit peu après une semaine très agitée.

La prestation n’a pas été parfaite. Il a sans doute manqué de maîtrise à l’équipe de Didier Deschamps qui s’est parfois fait peur. Les enchaînements n’ont pas toujours été très fluides. Mais l’essentiel n’était pas à chercher sur le plan du jeu pour l’OM. L’urgence commandait aux Marseillais de faire un résultat après deux défaites d’affilée et une semaine marquée par le cas Loïc Rémy. Mission accomplie : Les Phocéens ont renoué avec la victoire, devant les 55000 spectateurs du Stade-Vélodrome, une première à domicile face à Lorient depuis 2001.

Ce succès redonne un peu de confiance au champion de France en titre. L’OM a montré de l’envie et de l’application. La titularisation d’Hilton à côté de Gabriel Heinze, et la montée en puissance d’Edouard Cissé dans l’entrejeu ont redonné un peu d’équilibre à l’équipe de Didier Deschamps. Benoît Cheyrou, préféré à Charles Kaboré, a amené un peu plus de technicité. Fort de ces remaniements, l’OM est entré par le bon bout dans son match. Une bonne combinaison entre Brandao et Lucho a permis à ce dernier d’allumer la première mèche (3e), bien éteinte par Cappone. Le portier lorientais n’a rien pu faire ensuite sur l’ouverture du score de Heinze. Hilton récupère le ballon aux 20 mètres centre pour André Ayew dont la tête est repoussée. Mais l’Argentin est là pour reprendre en force (6e, 1-0).

Taïwo double la mise

Lorient a tenté de réagir ensuite par Diarra et Jouffre (23e). Mais les sorties successives de ses deux défenseurs centraux sur blessure -Bourillon puis de son remplaçant Koné- ont compliqué la tâche des Merlus. Une belle séquence des Bretons aurait toutefois pu amener l’égalisation. Mais Heinze veille au grain et gêne Gameiro au moment de sa frappe (34e).

Six minutes plus tard, Hilton et Heinze laissent s’échapper l’ancien Strasbourgeois dans leur dos. Face à Mandanda, en un contre un, le duel a tourné en faveur du portier marseillais qui étrennait pour la première fois son brassard de capitaine. Gameiro aurait-il été dans de meilleures dispositions pour marquer si on ne l’avait pas annoncé toute la semaine à Marseille ? Mystère.

En seconde période, Lorient a les occasions les plus franches. Amalfitano écrase sa frappe à l’entrée de la surface (53e). Gameiro, lui, oublie de servir Robert dans l’axe et bute sur Mandanda (70e). C’est le tournant du match, puisque Marseille achève tout suspense deux minutes plus tard. Taiwo est à la retombée d’un coup franc de Lucho dévié. Le Nigérian, sur le coin droit de la surface de réparation, décoche une frappe puissante dont il a le secret dans le petit filet de Cappone (72e, 2-0). Le but scelle la rencontre et les velléités lorientaises. André-Pierre Gignac et Loïc Rémy, les deux recrues marseillaises peuvent exulter en tribune présidentielle.

Paul Basse