RMC Sport

Matuidi : « On va à Marseille pour gagner »

-

- - -

Ramené sur terre par Porto (1-0), mercredi, le PSG de Blaise Matuidi veut rebondir en championnat. Pour le milieu parisien, retenu aujourd’hui par Deschamps en sélection, l’objectif est de ravir la première place à l’OM, dimanche au Vélodrome.

Blaise, vous vous êtes réveillé avec une gueule de bois ce matin ?

C’est toujours compliqué après une première défaite, surtout qu’on est rentré tard, on n’a pas beaucoup dormi. Ce n’est pas forcément un match raté, mais c’est certain qu’en absence de résultat, on dit qu’on est passé à côté. Porto nous a mis beaucoup de pression, avec ses qualités techniques. Il faut vite récupérer et penser au match contre l’OM qui va arriver, il tombe à pic. C’est un match particulier. On va tout faire pour oublier le match d’hier (mercredi).

Le doute s’est installé avant Marseille ?

On a devant nous un match à part, un clasico c’est toujours difficile à jouer, d’autant plus au Vélodrome, on sera attendu. Ça fait longtemps qu’on n’a pas eu le premier contre le deuxième. C’est excitant. On va à Marseille pour gagner. On veut atteindre le sommet, et pouvoir s’y installer. C’est l’objectif.

Quel souvenir avez-vous des matches entre l’OM et le PSG ?

Je me souviens de la victoire du PSG au Vélodrome avec un très grand Ronaldinho (le 9 mars 2003, 0-3, ndlr), c’est un très grand souvenir. Ce n’est pas donné à tout le monde de jouer le clasico. Les dix-huit sur la feuille de match auront à cœur de se surpasser.

En ce jeudi, tout n’est pas noir, vous avez été retenu par Didier Deschamps contre l’Espagne… Comment vivez-vous cette confiance des sélectionneurs ?

J’ai vécu chaque sélection comme si c’était la première. A chaque fois je me dis que je dois donner le maximum en club et en sélection. Je ne me sens pas installé, je donne le maximum pour qu’on fasse appel à moi.

Comment est l’état d’esprit du groupe ?

Il y a eu pas mal de déception depuis le Mondial 2010. On est attendu, on doit montrer une image plus que positive. Sur les derniers matches et les derniers stages, il n’y a rien à redire. Ça doit continuer. On doit aussi obtenir des résultats sur le terrain. Les deux vont ensemble.

Que comptez-vous faire à Madrid le 16 octobre ?

On joue contre le « favori » de la poule, qui a gagné les trois titres précédents. On va là-bas pour les contrarier, on a la possibilité de le faire. On veut être premiers, et sinon meilleurs deuxièmes. Mais on vise une qualification directe, et ça passe par un résultat en Espagne