RMC Sport

Merci Lloris !

Hugo Lloris

Hugo Lloris - -

Etincelant ce samedi soir face à Monaco, le gardien lyonnais a plusieurs fois sauvé son équipe qui a concédé le match nul (0-0) lors de la première journée du championnat.

L’Olympique Lyonnais a manqué son entrée en piste. Les joueurs de Claude Puel n’ont fait que match nul (0-0) sur leur pelouse face à une équipe monégasque intéressante, solide et bien regroupée. Au vu du match, l’ASM peut regretter de ne pas avoir su l’emporter et concrétiser ses nombreuses occasions au fil du match. Mais elle est également tombée sur un incroyable Hugo Lloris, auteur de plusieurs parades décisives.

Il y a de quoi construire sur ce résultat pour Monaco. Lyon, en revanche, a été trop laborieux pour l’emporter. Son nouveau milieu de terrain, à un seul récupérateur et deux créateurs, est intéressant. Il élève le niveau technique de l’équipe rhodanienne. Mais l’ensemble manque de repères. On sent qu’il se cache quelque chose d’intéressant si l’on gratte un peu. Mais ce jeu potentiellement séduisant est encore trop poussif.

Le premier frisson est venu de Batéfimbi Gomis, non pas sur action de but, mais lorsqu’il s’est écroulé inconscient (7e) sur la pelouse du Stade Gerland. Ce n’est pas une première pour l’international français qui s’est relevé et a même disputé 76 minutes jusqu’à son remplacement par Pied.

Ruffier aussi à la fête…

L’OL, jouant haut, offre des possibilités de contre à son adversaire. L’AS Monaco aurait dû en profiter. Sur un bon centre de Bulot, Park Chu-Young décoche une belle tête (19e). Mais Hugo Lloris semble déjà affûté et sort la première de ses incroyables parades dont il était coutumier la saison passée. Sur le corner, il repousse à nouveau une tentative de Petter Hansson. Grâce à la vitesse de ses attaquants, l’ASM se montre dangereux. Mais au fil de la première période, les Lyonnais réagissent, sortent, et ferment les possibilités de contres. Mongongu, brillant ce samedi soir, est là pour repousser une frappe d’Ederson(26e). Gomis, de son côté, frappe à côté après une chandelle de Toulalan (44e).

En deuxième mi-temps, même schéma, le rythme en moins : Lyon attaque, Monaco joue en contres. Aly Cissokho frappe timidement du droit (48e). Et Niculae, lancé en profondeur, bute sur Lloris quatre minutes plus tard. Il sera également à la parade, par une superbe claquette (70e) sur une tête du jeune Mendy (18 ans). Bastos répond et voit ses frappes à vingt mètres repoussées par Hansson puis Ruffier (66e). Dans les dernières minutes, alors que les deux équipes piochent pour emporter la mise, Jérémy Pied butte sur le gardien de la Principauté (90+2). Monaco peut aussi remercier Ruffier.

Paul Basse