RMC Sport

Monaco: Jardim évoque son avenir incertain

Leonardo Jardim

Leonardo Jardim - ICON Sport

Au cœur des critiques alors que l’AS Monaco n’a toujours pas gagné en L1 et pointe à la 19e place, Leonardo Jardim a confié qu’il ne se préoccupait pas de la menace d’un départ qui plane au-dessus de lui.

Comme d’habitude, Leonardo Jardim a répondu à la presse avec beaucoup de calme, ce jeudi. La situation de Monaco est pourtant critique avec une 19e place et toujours aucun succès en Ligue 1. Avant le déplacement à Reims samedi (20h, 6e journée de L1), Oleg Petrov, vice-président du club, a rendu visite aux joueurs ce jeudi, tout en menant une enquête contre son entraîneur. Une situation que Jardim vit, en apparence, calmement.

Jardim n'a "pas posé de questions"

"Oleg a parlé avec les joueurs, a confié l’entraîneur de l’ASM. Il a pris un rendez-vous aujourd’hui pour parler, motiver et passer le message que le club croit en nos joueurs, dans notre effectif et que nous sommes capables de faire mieux, et d’atteindre les objectifs sportifs. Il faut rester ensemble et continuer à travailler."

Mon avenir? "Ce n'est pas à moi de répondre"

Alors que la menace d’un départ plane au-dessus de sa tête, Jardim n’en a pas profité pour clarifier sa situation avec son dirigeant. "Moi, je n’ai pas posé de questions, a-t-il ajouté. Nous perdons ensemble même si l’entraîneur est toujours le plus visé, c’est comme ça dans le football. Moi, j’ai toujours cette habitude de ne pas me défendre. Que des personnes puissent m’attaquer, c’est normal, c’est le football. Les médias, les supporters… Je respecte ces attaques personnelles. Je suis ici pour faire le mieux, travailler pour le club, essayer d’avoir des résultats et faire une équipe compétitive. Pour cette question (sur son avenir, ndlr), ce n’est pas à moi d’y répondre. C’est quelque chose au-dessus de moi."

"Les supporters ont le droit de critiquer"

Il a également répondu au mécontentement des supporters, demandant son départ. "Les supporters ont toujours le droit de critiquer parce que ce sont les mêmes supporters qui ont célébré tant de fois avec nous, a-t-il rappelé. Ces dernières années, on a pris une habitude de jouer avec un très haut niveau, on a gagé un championnat (en 2017), le premier depuis 2000. On vit un moment difficile mais j’accepte les critiques, je suis entraîneur depuis 20 ans et j’accepte les critiques des personnes qui ne sont pas contentes. Je ne suis pas content non plus mais je reste à maison et je travaille. Personne n’est content de ce moment difficile. Mais c’est seulement avec le travail et la concentration de tout le monde que nous pourrons nous en sortir."

NC avec Yann Pécheral