RMC Sport

Monaco: "Lyon ressent de la pression", lance Kovac avant le choc

Deux jours avant le choc Monaco-OL, capital dans la bataille pour le podium en L1 et les billets pour la Ligue des champions, l'entraîneur de l'ASM Niko Kovac a légèrement fait monter la sauce en conférence de presse.

"Je ne veux pas mettre plus de tension", a-t-il assuré avec un grand sourire. Avant, tout de même, d'en mettre un peu... A deux jours du choc entre Monaco (3e, 71 pts) et l'OL (4e, 67 pts) en clôture de la 35e journée de Ligue 1, un match qui pourrait être décisif pour le titre mais surtout pour la qualification en Ligue des champions, l'entraîneur monégasque Niko Kovac a gentiment rappelé que les Lyonnais sont dos au mur.

"Lyon est un grand club, ils ont de grandes ambitions, a-t-il glissé en conférence de presse ce vendredi. La saison dernière ils ont joué la demi-finale de la Ligue des champions. Cette année ils n’y sont pas mais ils veulent y revenir, donc ils ressentent assurément de la pression. Tout le monde veut jouer la Ligue des champions. Si nous gagnons, leur rêve de Ligue des champions pourrait être terminé. Mais c’est loin. Nous devons gagner, et là je dirais que 80% du chemin est fait, mais pas avant. Mais c'est en travaillant qu'on y arrivera, pas en parlant."

"Maintenant c'est du bonus"

Alors que l'ASM compte quatre points de plus que son adversaire du week-end, Kovac sait que si son équipe ne peut pas gagner, il lui faudra essayer de ne pas perdre. "Si on met une forte pression (en fin de match) et qu'on se crée des occasions, je dirais aux joueurs de continuer, prévient-il. Si on est en défense, je leur dirais de garder le résultat. Mais je veux que les joueurs profitent de ce match. On a atteint notre objectif (une qualification européenne), tout ce qu'on peut faire maintenant est du bonus. Une victoire serait top, un nul serait bien aussi."

Pour cette affiche, le technicien croate ne pourra pas compter sur Golovin, Gelson Martins, Jovetic ou Diop. Mais il ne s'en formalise pas. "Jusqu'à maintenant, on était contents, on avait peu d'absents, on était épargnés, rappelle-t-il. Je crois en mon équipe, en mes joueurs. On a un gros adversaire, mais on donnera tout jusqu'à la dernière seconde."

C.C. avec C.Br.