RMC Sport

Monaco, premier accroc

Falcao

Falcao - -

Monaco, qui restait sur deux succès consécutifs, a vu sa série stoppée par des Toulousains solidaires et efficaces en défense (0-0). L’ASM, qui disputait la rencontre à huis clos, s’empare tout de même provisoirement de la tête du championnat.

Etait-ce le huis clos dont l’ASM a écopé pour les incidents survenus en fin de saison dernière (envahissement de terrain et brutalité d’un supporter, notamment, envers l’arbitre de Monaco-Le Mans, 37e journée de Ligue 2) qui a perturbé la mécanique monégasque au point de l’enrayer et de la rendre atone, vendredi soir, face à Toulouse ? Ou la partition parfaitement récitée par les hommes d’Alain Casanova en défense, solides autour de leur charnière Spajic-Abdennour et d’un Ali Ahamada sans sautes de concentration cette fois ? Un peu des deux assurément. Toujours est-il que Falcao et sa bande, deuxième du championnat avant cette 3e journée, ne réaliseront pas la passe de trois (0-0). Et s’ils s’emparent ce vendredi soir de la tête du championnat, ce n’est que provisoirement avant les matches de samedi, eux qui ambitionnaient de mettre un peu plus de pression sur leurs concurrents directs en général… et le PSG en particulier.

Il y avait pourtant la place pour l’ASM de s’imposer sur son sol, même sans le soutien de son public. Dominateur, sans contestation d’ailleurs en première période, les joueurs princiers ont eu les munitions pour faire feu. Mais la tête de Carvalho, première mèche allumée sur corner (9e) n’accroche pas le cadre d’Ahamada. Le culot de Kurzawa (22e) non plus et les tentatives de loin d’Ocampos (25e, 42e) connaissent le même sort. Emmanuel Rivière ? L’homme en forme de l’ASM s’est démené, comme à son habitude, sous les yeux d’un Prince Albert soucieux de ne pas perdre une miette du show proposé par ses protégés. Mais l’ancien Toulousain, qui avait à cœur de briller pour ses retrouvailles avec les Violets, a d’abord mal réglé sa lunette de tir (12e), avant de buter sur Ahamada (20e), décisif un peu plus tard pour écarter une déviation malheureuse d’Abdennour vers son but (27e). Ferreira Carrasco a bien suivi mais son tir s’envole alors que le but toulousain était ouvert… Monaco ne le sait pas mais la porte ne se rouvrira plus jamais.

Toulalan trouve la barre

Dominateur, l’ASM est stérile. Falcao, auteur d’un joli coup franc bien capté par Ahamada (78e), peine à exister entre Spajic et Abdennour, impitoyables dans le jeu aérien. James Rodriguez, malgré un coup franc pernicieux (85e) manque son entrée en jeu et Ocampos, en seconde période, a complètement disparu de la circulation. La deuxième partie de la rencontre, plus insipide, moins rythmée, accouche logiquement d’un score de parité, que Toulalan, d’une puissante frappe des 30 mètres, espérait bousculer jusqu’au bout. Mais c’est la barre transversale que l’ancien joueur de Malaga trouve, signe définitif d’une soirée frustrante pour l’ASM.

Toulouse pouvait-il espérer mieux ? Oui, lors des 45 premières minutes, lorsque Trejo voit son tir, dévié par le dos d’Abidal, raser le poteau gauche de Subasic (28e)… avant d’expédier un canon en tribunes, gêné semble-t-il par un rebond capricieux (33e). Bien organisé derrière, le TFC toussote au moment d’exploser en contre, malgré la qualité de passes de Chantôme, titulaire seulement deux jours après son arrivée en prêt dans la Ville Rose. Et ce n’est pas l’ancien Parisien, aux avant-postes sur une attaque rapide des siens et mal servi par ses coéquipiers (85e) qui dira le contraire. Mais, après 94 minutes de lutte acharnée, il savourera comme ses petits camarades ce point arraché au nez et à la barbe de l’ambitieux Monaco. Si bien sûr, il n’y a pas lieu de cataclysme pour l’ASM, ce premier accroc a le mérite de rappeler l’essentiel aux joueurs de Claudio Ranieri : il n’y a pas que pour le PSG que cette saison pourrait être accrochée…

A lire aussi

L'actu de la Ligue 1

Motta : « Monaco a la même pression que nous »

Le PSG doit-il s'alarmer ?

A.D