RMC Sport

Montpellier, c’est grave ?

Rémy Cabella

Rémy Cabella - -

Avec un point au compteur après deux journées de championnat, les champions de France réalisent leur plus mauvais début de saison depuis leur remontée dans l’élite. Simple panne au démarrage ou réel déclin ?

« C’est inadmissible de perdre de cette façon ! » Le défenseur montpelliérain Daniel Congré n’y va par quatre chemins lorsqu’on lui demande d’expliquer la défaite de son équipe, samedi à Lorient, dans le temps additionnel (2-1). Et si le champion de France doutait ? Après un triste match nul face à Toulouse (1-1), Montpellier a en tout cas confirmé dans le Morbihan ses énormes difficultés à l’entame de cette nouvelle saison. Le poids du sacre national serait-il trop lourd à porter ? On aurait aimé poser la question à René Girard mais l’entraîneur héraultais, furieux à l’issue de la rencontre, a refusé de s’exprimer devant les micros. Dommage.

Son prédécesseur, Roland Courbis, lui, a son avis sur la question. « Confirmer une saison aussi extraordinaire, bien sûr que ce sera difficile », lâche le membre de la Dream Team. Mais alors que Montpellier réalise son plus mauvais début de championnat depuis 2009, année de son retour en Ligue 1, doit-on s’attendre à ce que le club héraultais rentre dans le rang ? « C’est dans les moments difficiles, et non quand tout va bien, qu’on verra si on est aussi solidaire que l’an passé, glisse Cyril Jeunechamp. Cela remet les choses à plat. On verra si on est costaud mentalement. »

Courbis attend Mounier

En attendant la Ligue des champions, l’OM à la Mosson la semaine prochaine, puis deux déplacements successifs à Sochaux et Reims, permettront d’en savoir un peu plus sur la valeur du champion sortant. D’ici là, René Girard aura récupérer de nombreux joueurs, actuellement blessés, ou tout juste sortis de l’infirmerie, tel que Younes Belhanda. Une donnée qui a son importance selon Coach Courbis : « Anthony Mounier est peut-être l’un des transferts les plus intelligents de cette intersaison et il n’est pas encore là (blessé à la cuisse, ndlr). Estrada, Belhanda, Saihi, Hilton ont aussi manqué. »

Pour Jean-Michel Larqué, en revanche, Montpellier ne possède pas un effectif suffisamment étoffé pour lutter une deuxième saison de suite dans la cour des grands. « De la même façon que Lille sans Hazard n’est plus tout à fait Lille, quand vous ne pouvez plus compter sur Giroud, mais aussi sur Belhanda ou Saihi de façon temporaire, Montpellier est forcément diminué », argumente l’ancien joueur de Saint-Etienne. Reste à savoir si le retour des blessés métamorphosera le visage des champions de France.

Aurélien Brossier