RMC Sport

Montpellier : les raisons d’un début de saison raté

Rolland Courbis

Rolland Courbis - AFP

Après deux défaites en autant de journées, Montpellier pointe à la dernière place de la Ligue 1 avant de recevoir le PSG ce vendredi (20h30). S’il semble trop tôt pour sonner la sirène d’alarme, Louis Nicollin a fait une sortie dans la presse cette semaine dont se serait bien passé Rolland Courbis.

La préparation estivale mise en cause

Louis Nicollin, le président de Montpellier, s’est exprimé dans le Midi Libre mercredi. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le président héraultais n’est pas satisfait de la préparation de son équipe. Dans le viseur de « Loulou », son entraîneur Rolland Courbis. Le président reproche à son coach le peu de matchs amicaux disputés cet été. Une victoire (7-0) face à l’AFL Mende (DH) le 11 juillet et un nul contre Toulouse (2-2) le 22 juillet. « Il faut être vraiment barjot pour ne pas avoir fait de matches amicaux », râle Louis Nicollin.

Des automatismes à trouver

Pour le président montpelliérain, cette préparation explique le mauvais début de saison des hommes de Rolland Courbis. Il semblerait effectivement que le club de la Paillade soit encore en rodage. La défaite à domicile contre Angers (0-2), lors de la première journée de Ligue 1, a permis de relever un manque criant d’automatismes entre les joueurs. Le constat est simple, Montpellier, qui n’a pas inscrit le moindre but, totalise zéro point après deux journées, une première depuis que le club est remonté dans l’élite en 2009. Et, si le match à Rennes était plus conforme au statut du club de l’Hérault (1-0), il faudra encore probablement un peu de temps à ce groupe pour afficher de réels progrès.

Un effectif limité

Et si le réel souci était là ? A l’intersaison, Montpellier s’est séparé de plusieurs éléments sans vraiment les remplacer. En défense tout d’abord, El Kaoutari a quitté la Paillade pour Palerme. La charnière centrale est désormais composée de Vitorino Hilton et du jeune Ramy Bensebaini (20 ans), à qui l’on promet un bel avenir. Hilton, qui était suspendu lors de la première journée, a ramené un peu de solidité à Rennes le week-end dernier. Mais il faudra un peu plus de temps pour que le Brésilien et le jeune Bensebaini trouvent leurs repères. Comme il l’avait fait pour Yanga-Mbiwa et El Kaoutari dans le passé, Hilton devra prendre sous son aile le défenseur central algérien pour le faire progresser.

Avec Lucas Barrios, Morgan Sanson et Anthony Mounier, Montpellier avait un trio qui avait été impliqué sur 40 buts la saison passée. Alors que Morgan Sanson est blessé et qu’il ne devrait pas revenir sur les pelouses avant octobre, Anthony Mounier peine à retrouver son meilleur niveau. Et cet été, Lucas Barrios est retourné au Spartak Moscou. Pire, l’attaquant paraguayen n’a pas été remplacé et Montpellier manque de solutions offensives.

Du renfort attendu

Deux noms reviennent ces derniers jours dans l’Hérault pour pallier le départ de Lucas Barrios : Casimir Ninga (22 ans) et Ibrahima Baldé (26 ans). Le premier, qui était attendu à Laval, serait à l’essai du côté de la Mosson depuis plusieurs jours selon la presse locale. Le second, en contrat avec le club russe du Kuban Krasnodar, pourrait arriver dans les prochains jours. Deux attaquants qui pourraient venir étoffer, un peu, un effectif montpelliérain qui semble limité malgré de l'arrivée de Ryad Boudebouz.

Les supporters de Montpellier peuvent cependant se rassurer, leur entraîneur n’est pas du genre à lâcher prise. Avant de la réception du PSG ce vendredi (20h30), Rolland Courbis ne manque pas d’ambitions et voit même dans cette opposition « une occasion de se rassurer ». Le match de vendredi se jouera à guichets fermés. Depuis mercredi midi, toutes les places ont été vendues. Prêt de 28 000 personnes seront donc présentes pour supporter Montpellier, qui tentera de prendre ses premiers points en championnat.

J.L et O.B