RMC Sport

Montpellier : Louis Nicollin, en fusion, veut virer les "ânes" de la cellule de recrutement

Louis Nicollin

Louis Nicollin - AFP

Interrogé sur le début de saison de Montpellier ce mardi, Louis Nicollin s’en est durement pris à la cellule de recrutement, coupable à ses yeux de ne pas avoir réussi à faire signer un défenseur central.

Comme l’an passé, Montpellier vit un début de saison très difficile. Battue à domicile par Metz ce samedi (1-0), l’équipe de Frédéric Hantz a enchaîné un sixième match consécutif sans victoire et pointe à la 16e place de Ligue 1. Une situation qui agace fortement Louis Nicollin, qui s’en est pris ouvertement à certains de ses salariés ce mardi en marge de la prise de la photo officielle.

A lire aussi >> Ligue 1, OL - Montpellier ironise sur la "double fracture" de Tolisso

« On ne va pas aller se pendre quand même, non, s’emporte le président du MHSC. Je ne me fais aucun souci, même si on descend en deuxième division. Tout au contraire, ça nous permettra d'épurer bien comme il faut. Et notre plus grand bonheur ce serait peut-être de descendre en deuxième division pour épurer tous ces comiques. Parce que là ils seraient obligés de partir. Parce qu’il y a une bande de clowns dans ces bureaux, ça fait peur. Je n’aime pas les incompétents. Et qui sont grassement payés ! »

« Il faut les virer à la fin de l’année ! »

Les principaux visés par les propos de Louis Nicollin sont les membres de la cellule de recrutement, malgré la signature de Stéphane Sessegnon ce lundi. « Il n y’a qu’un endroit où il y avait des besoins mais que voulez-vous, on a une bande de troufillards dans ce club, ils sont nuls, lâche "Loulou". C’est derrière qu’on a besoin, ce n’est pas devant. Je suis enragé. Mais le vieux il ne se laissera pas faire je te le dis tout de suite, parce que les bourrins on leur fera faire le tour de la (place de la) Comédie. »

A lire aussi >> Ligue 1 : Sessegnon débarque à Montpellier 

« Ne pas trouver un libéro ou un stoppeur alors que maintenant tu as Congré qui est out (blessé à une cuisse, ndlr), il faut vraiment être des ânes, je vous le dis, poursuit Nicollin. J’en veux à la cellule de recrutement, Carotti (le directeur sportif) en tête. Ce sont des gens qui sont payés pour ne rien faire. Cela fait trois ans que je réclame un grand défenseur, trois ans ! Ils sont incapables d’en trouver un. Alors avec Mézy (Michel, son conseiller) on va se mettre en quête et on va le trouver nous. Je suis énervé. Quelles sanctions ? Tu ne vas pas leur envoyer un recommandé. Il faut les virer à la fin de l’année ! Et crois-moi, c’est moi le patron et c’est moi qui commande. » Du grand « Loulou ».

A lire aussi >> QUIZ : avez-vous bien suivi la 7e journée de Ligue 1 ?

Alexandre ALAIN avec Julien LANDRY