RMC Sport

Montpellier: Nicollin s'oppose à l'interdiction de déplacement de ses supporters à Nîmes

Après la victoire de son équipe contre Caen (2-0), le président montpelliérain Laurent Nicollin s'est présenté ce dimanche en conférence de presse. Il a exprimé son incompréhension concernant la décision de la préfecture du Gard d'interdire de déplacement les supporters de Montpellier à Nîmes.

C’est une décision qui ne passe pas. Le président de Montpellier Laurent Nicollin a fait part ce dimanche de son incompréhension concernant la décision de la préfecture du Gard d’interdire de stade les supporters héraultais à Nîmes le 3 février pour la 23e journée de Ligue 1.

"Je ne comprends pas que nos supporters ne soient pas acceptés la semaine prochaine au stade de Nîmes. On va tout mettre en œuvre pour que nos supporters puissent être là, même si c'est en comité restreint et encadré. C’est anormal que les supporters ne puissent pas venir nous soutenir à Nîmes comme les supporters nîmois ont pu le faire au match aller en septembre", a-t-il annoncé en conférence de presse, après la victoire du MHSC contre Caen (2-0).

Des incidents à l'aller

"On va tout faire pour qu’ils puissent venir encadrés, pour éviter des débordements", a-t-il déclaré. Le préfet du Gard Didier Lauga a justifié cette mesure d'interdiction en raison des incidents qui avaient émaillé le match aller entre Montpellier et Nîmes le 30 septembre (3-0). Ce match comptant pour la 8e journée de Ligue 1 avait été interrompu à deux reprises par l'arbitre pour des raisons de sécurité en raison de troubles dans les tribunes.

Les ultras montpelliérains de la Butte Paillade s'étaient notamment illustrés en escaladant le grillage et en obligeant les CRS à intervenir. Le non-respect de ces mesures constitue un délit passible de six mois d'emprisonnement et 30.000 euros d'amendes. Les contrevenants s'exposent également à des interdictions administratives de stade.

RR avec Julien Landry