RMC Sport

Montpellier stoppé dans son élan

Olivier Giroud

Olivier Giroud - -

Battus à Valenciennes (1-0), les Montpelliérains ont vu les Parisiens, vainqueurs à Sochaux (1-0), revenir à leur hauteur en tête du championnat. Une mauvaise opération dans la course au titre honorifique de champion d’automne.

« En étant premier, ça change le regard des autres. Valenciennes va essayer de faire tomber le leader, c’est normal. A nous d’être prêts », déclarait René Girard durant la semaine. Vision prémonitoire ou simple rappel à l’ordre pour ses joueurs, l’entraîneur montpelliérain savait en tout cas à quoi s’attendre dans un stade du Hainaut flambant neuf et copieusement garni. Bousculés d’entrée par une valeureuse équipe nordiste, les Montpelliérains ont eu beaucoup de mal à rentrer dans leur match. Olivier Giroud, meilleur buteur de Ligue 1 avec 12 buts, et Younes Belhanda, les deux armes offensives des Héraultais, ont été surveillés de près.

Alors que les Montpelliérains, à la recherche de leur 4e victoire consécutive en L1, semblaient prendre lentement l’ascendant au milieu de terrain, Valenciennes s’est pourtant créé la meilleure occasion de la première période. Sur un centre d’un Kadir très remuant, Gomis plaçait sa tête sur le poteau de Jourdren, le portier du MHSC (33e). Après la première mi-temps décevante de ses hommes, René Girard avait donc du travail à la pause pour rectifier les manquements de ses joueurs. Mission non accomplie puisque dès le retour des vestiaires, la situation se compliquait encore plus.

La faute de main de Jourdren

Quasiment sur l’engagement, Ducourtioux tentait sa chance de plus de 30 mètres. Une frappe lourde qui obligeait Jourdren à commettre une erreur de main dont profitait Kadir, trop heureux de pousser le ballon dans le but vide (46e). Un but qui sonnait comme une punition pour des leaders du championnat bien trop timorés. Sur un nouveau débordement de l’intenable Kadir, Aboubakar était même tout proche de doubler la mise, mais sa tête fuyait le cadre (71e). Très sereins malgré une dernière frayeur sur une frappe d’Utaka (94e), les Valenciennois faisaient tomber le club de Louis Nicollin, invaincu en championnat depuis le 24 septembre et une défaite contre le PSG (0-3).

« Valenciennes a mérité sa victoire, a avoué René Girard. De notre côté, il ne faut pas dramatiser, ça devait bien arriver un jour mais ce soir c'est la manière qui me gêne. Il nous a tout manqué! Nous sommes passés à côté. Les Valenciennois avaient plus d'envie, de motivation, le résultat est logique. C'est tellement parlant ce soir qu'il n'y a pas grand-chose à dire. Mon équipe n'a pas joué comme je l'avais prévu, on ne peut en vouloir qu'à nous même. » Avec ce revers, Montpellier voit Paris, vainqueur à Sochaux (1-0), revenir à sa hauteur en tête de la Ligue 1. Le retour dans l’Hérault risque d’être bien long pour René Girard et ses hommes.