RMC Sport

Nantes fait appel pour Traoré

Waldemar Kita

Waldemar Kita - -

En passe de perdre les trois points de son succès face à Bastia (2-0, 1ère journée de L1), Nantes a déposé ce mercredi un recours auprès de la commission supérieure d’appel de la Fédération française de football pour vice de forme. Ce que conteste la FFF.

Nantes tient à son succès acquis lors de la première journée de L1 face à Bastia (2-0). En passe de perdre les trois points gagnés sur le terrain par ses joueurs, en raison de la présence dans leurs rangs d’Abdoulaye Traoré, entré en jeu alors qu’il était pourtant suspendu avec la réserve nantaise, le club canari a répliqué ce mercredi en déposant un recours auprès de la commission supérieure d'appel de la Fédération française de football. L’argumentaire du FCN ? Un vice de forme dans ce dossier.

Selon les dirigeants nantais, ces derniers n’auraient reçu aucune notification de la part de la FFF concernant la suspension de leur joueur. « On n’a pas compris pourquoi on n’a pas reçu le courrier recommandé avec accusé de réception pour nous informer, confie le président du FCN Waldemar Kita, à RMC Sport. En principe, on reçoit toujours un courrier mais là, la Fédération et la Ligue ne nous ont rien envoyé. On va voir ce qu’il s’est passé. Ils ne peuvent pas nous retirer de point aujourd’hui puisque nous sommes en train de contester. A partir du moment où on fait un recours, ils ne peuvent rien nous retirer. Une réunion avec les avocats et la Ligue est prévue le 28 août. On verra s’ils décident de maintenir ou d’aller plus loin. On va aller jusqu’au bout de ce problème parce qu’on ne peut pas laisser faire ça. »

Un membre de la FFF : « Ce serait la plus grosse surprise du 21e siècle »

Or, la FFF a bien communiqué la suspension d’Abdoulaye Traoré… sur son site internet, ce qu’elle fait systématiquement pour les sanctions allant de 1 à 4 matches. Une règle s’appliquant pour les championnats amateurs et respectée dans le cas du joueur nantais. Mais pour l’avocat du FCN, il y a pourtant bel et bien vice de forme. « Dans le droit administratif, la notification implique forcément la preuve de la connaissance par le joueur, en l’espèce, de sa sanction. Chose que ne sera jamais en mesure de démontrer la FFF. Pour moi, il y a un vice de forme au niveau de la notification. Si on veut considérer que la suspension prenne effet, il faut pouvoir prouver que le salarié a été notifié au sens du droit administratif, explique-t-il. Et la notification au sens du droit administratif c’est une lettre recommandée, un acte d’huissier ou une remise en mains propres (ce qui est le cas en en rugby, basket ou handball, ndlr). Mais il faut que la Fédération soit en mesure de prouver que le joueur a été informé, et pas simplement d’affirmer qu’elle a publié l’information sur son site internet. »

A Nantes, on affirme ne pas avoir vu la publication sur la Toile de la sanction d’Abdoulaye Traoré. Mais la FFF, elle, a précisé à RMC Sport qu’elle était en mesure de prouver qu’elle a bien fait figurer sur son site internet la suspension du Canari. « Les dirigeants nantais étaient censés connaître ce règlement car il a été voté en assemblée générale par tous les représentants du football français, qui s'applique depuis des années » affirme-t-elle. Selon un membre de la Ligue de football professionnel, « les Nantais prennent des risques inconsidérés et essayent de gagner du temps. S'ils obtenaient gain de cause, ce serait la plus grande surprise du début du 21ème siècle ! » Et l’opportunité, surtout, de sauver les trois points de leur victoire face à Bastia.

A lire aussi :

>> Djordjevic allume Nantes

>> Nantes déjà menacé

>> Toute l'actualité du football

La rédaction