RMC Sport

Nantes: Kita "dégoûté" après le cambriolage à la Jonelière

Waldemar Kita (FC Nantes)

Waldemar Kita (FC Nantes) - AFP

Plusieurs individus ont forcé la porte du centre d’entrainement du FC Nantes pendant le week-end pour y casser et y dérober du matériel. Waldemar Kita a réagi ce lundi à ce vol en marge de la présentation du nouvel entraineur des Canaris, Miguel Cardoso.

La saison 2018-2019 ne pouvait pas plus mal commencer pour Waldemar Kita après le cambriolage commis à la Jonelière pendant le week-end. Le club reste sous le choc et la reprise de l’entrainement pour le groupe pro a été repoussée à jeudi. Le nouvel entraineur des Canaris, Miguel Cardoso, aurait surement espéré mieux pour sa présentation devant la presse.

Un van utilisé comme voiture bélier 

Dans la nuit de samedi à dimanche, un bâtiment du centre d’entraînement du FC Nantes, à la Jonelière, a été cambriolé. Un van du club stationné sur le parking a été utilisé comme voiture bélier pour casser une baie vitrée. Une fois à l’intérieur du bâtiment, les cambrioleurs ont fracturé plusieurs portes, emporté un coffre-fort de 500 kg, retourné plusieurs bureaux… Ils sont repartis avec la camionnette en emportant aussi des tablettes numériques, des papiers administratifs et des licences de joueurs. Le FCNA estime le préjudice à plusieurs dizaines de milliers d’euros.

Toutes les pistes envisagées

Le club a déposé plainte et les gendarmes de la brigade de recherche et des techniciens en identification criminelle ont effectué des relevés d’empreintes dimanche. "Il fallait savoir que ce bâtiment n’était pas équipé d’alarmes et que c’est quasiment le seul week-end dans l’année où il n’y a personne, explique un salarié du FCN. Mais il y a tellement de passage de joueurs, de familles, de visiteurs, que toutes les pistes sont possibles."

Kita: "Cela va nous motiver"

Déçu du vol, Waldemar Kita préfère relativiser. D’un point de vue matériel, il est triste de voir le centre d’entrainement dégradé. "Je suis un peu dégoûté par rapport à tous ces incidents qui se répètent ces derniers temps. Il faut laisser la police faire son travail afin d’y voir plus clair, a lancé le président Kita face à la presse. Le problème, c’est que l’on est en train d’abîmer un outil de travail que nous mettons en place progressivement. Mais cela ne nous empêchera pas de continuer. Au contraire, cela va nous motiver pour aller beaucoup plus loin et être beaucoup plus forts. Ce n’est pas parce que des petits hooligans ou des voyous nous embêtent que l’on va s’écrouler. Cela va nous motiver pour aller beaucoup plus loin."

Sur le plan mental, le dirigeant se veut donc confiant. Selon lui, cette mauvaise passe permettra à son équipe de se ressouder.

JGL avec Pierre-Yves Leroux à Nantes