RMC Sport

Nasri : les raisons d’une déception

-

- - -

Le milieu de terrain de l’OM Samir Nasri peine à confirmer les espoirs mis en lui depuis un an et demi.

Révélation de la saison 2006/2007 avec l’Olympique de Marseille, Samir Nasri n’a pas encore confirmé toutes les éloges qui ont été faites à son sujet. Annoncé comme le successeur de Franck Ribéry au Stade Vélodrome, le minot peine à faire son trou au sein de l’effectif d’Eric Gerets. Analyse

Un palier difficile à franchir
Nombreux sont les joueurs à avoir brillé une saison avant de s’éteindre complètement. Si Samir Nasri est bien loin de ce cas particulier, la stagnation dans le jeu du minot marseillais a de quoi inquiéter. Indispensable la saison dernière à l’OM, il est récompensé par plusieurs sélections en équipe de France et inscrit son premier but avec les Bleus face à la Géorgie. Mais de ce statut de jeune espoir, on attendait cette saison une confirmation de la part du petit Prince du Vélodrome. Nous l’attendons toujours car son influence sur le jeu de l’OM se fait largement moins ressentir que la saison dernière.
Blessé à la cheville lors d’un match amical face à Bordeaux en début de saison, le jeune milieu de terrain a ensuite été victime d’un syndrome grippal et méningé qui l’a obligé a être hospitalisé plusieurs jours puis a être éloigné des terrains quelques semaines. Depuis, Samir Nasri a perdu de sa superbe et n’a jamais retrouvé le niveau qui était le sien la saison dernière et qui avait permis à l’OM de se qualifier en Ligue des Champions.

Un avenir incertain
Si la question de son avenir ne se posait pas il y a un an, la donne a changé depuis. Comparé à Zidane il y a quelques mois en raison de ses origines, son poste et surtout son talent, le minot n’a pas tardé à attirer les regards de grands clubs européens. Conscient du potentiel de leur nouvelle perle, les dirigeants phocéens font leur maximum pour faire prolonger l’international français dont le contrat expire à la fin de la saison 2009. Si José Anigo assurait être confiant à une issue favorable il y a quelques jours sur l’antenne de RMC, les négociations semblent traîner, ce qui n’est pas l’idéal pour se consacrer uniquement au terrain.
Ses performances s’en font d’ailleurs ressentir sur le terrain au point d’être la principale cible des critiques de son président Pape Diouf après l’élimination de l’OM en Coupe de l’UEFA.

La révélation Valbuena
Dans l’ombre de Franck Ribéry depuis deux saisons, Samir Nasri voyait avec le départ du natif de Boulogne-sur-Mer une opportunité rêvée pour prendre les rênes du jeu de son club formateur. Sauf que l’arrivée d’Eric Gerets le 25 septembre 2007 s’est plutôt révélée bénéfique pour un autre milieu de terrain : Mathieu Valbuena. Petit Vélo, comme on le surnomme, explose aux yeux du grand public depuis plusieurs mois. Ignoré par Albert Emon, l’ancien joueur de Libourne Saint-Serin a trouvé en Gerets un entraîneur qui lui fait confiance et qui lui permet de démontrer son talent. Héros de la victoire à Anfield Road et auteur de deux buts somptueux en championnat face à Caen au Vélodrome, Mathieu Valbuena est devenu la nouvelle coqueluche de l’OM en quelques mois au point d’être pré-convoqué en équipe de France pour les prochains matches face au Mali et l’Angleterre. De quoi faire de l’ombre à Samir Nasri qui n’est redevenu qu’un simple joueur de l’effectif marseillais.

La rédaction - Alban Lepoivre