RMC Sport

Neymar accusé de viol: Le nouvel avocat de la victime présumée se retire aussi

Le nouvel avocat de Najila Trindade, qui accuse Neymar de l’avoir violée, a annoncé qu’il arrêtait de la représenter. Les premiers avocats de la victime présumée avaient aussi décidé de se retirer de l’affaire en raison du changement de version de leur cliente.

Danilo Garcia de Andrade a mis sa menace à exécution. Le nouvel avocat de Najila Trindade, qui accuse Neymar de l’avoir violée le 15 mai à Paris, a annoncé qu’il mettait un terme à sa collaboration avec la mannequin, comme l'avaient fait les deux premiers conseils de la victime présumée. Il indique avoir pris cette décision après que sa cliente l’a accusé d’avoir orchestré un cambriolage chez elle pour voler la tablette sur laquelle se trouvait la vidéo de sa deuxième rencontre avec la star brésilienne à Paris. 

Accusé d'avoir volé la tablette de sa cliente

La victime présumée lui aurait indiqué avoir lancé une recherche de géolocalisation de l’appareil et que celui-ci se trouvait à son cabinet. "Mme Najila m'a accusé d'avoir planifié cette intrusion et toute cette situation, a-t-il confié à la chaîne brésilienne UOL. Elle a dit que cette tablette pourrait être chez moi, selon son marqueur d'emplacement. Je n'ai pas besoin d'acheter ou de voler une tablette, j'ai mes appareils électroniques. Je n'ai jamais eu d'Iphone, j'ai toujours eu des Android, je n'ai jamais eu d'Ipad, il me semble que c'est un Ipad. Et la cliente a une attitude soudaine et totalement contraire à l'éthique, au bon sens et à la vérité dans cette affaire, à propos du cambriolage et de cette tablette qui serait en ma possession." 

La vidéo de sept minutes aurait disparu

Ces derniers jours, il menaçait de se mettre fin à sa collaboration avec sa cliente puisque cette dernière ne lui avait pas fourni les preuves de son agression. Elle lui assurait avoir une vidéo de sept minutes en sa possession, enregistrée à l’insu de l’attaquant du PSG au lendemain de l’agression présumée. Seules 45 secondes de ces sept minutes ont fuité sur les réseaux sociaux. 

"J'adorerais l'avoir parce que dans la plaidoirie, il y aurait eu la vidéo dans laquelle elle prétend disposer de 7 minutes, ce que je n'ai pas encore, a-t-il poursuivi. Ce serait formidable. Je serais le premier à la voir et à la donner à la police. Parce que je crois que si quelque chose de pertinent renforce la version de Mme Najila, elle devrait l’utiliser et ne pas dissimuler des informations."

Sa cliente n'a pas réussi à le convaincre de sa vérité

"J'ai décidé d'abandonner cette affaire, car je ne croyais pas que mes valeurs personnelles, morales et professionnelles étaient inférieures à la vérité, a-t-il poursuivi. La vérité accompagnait mes valeurs. Des situations me paraissent étranges et ma cliente ne m’a pas permis de les éclairer, ni à me convaincre de sa vérité. Une relation professionnelle entre un avocat et un client doit être basée sur la confiance. Et je n’avais plus la confiance pour poursuivre ce dossier."

NC