RMC Sport

Nice-OL : Grenier magnifie le suspense

Clément Grenier

Clément Grenier - -

Nice et Lyon ont fait match nul (1-1) ce dimanche au stade du Ray après un coup franc exceptionnel de Clément Grenier. L’OL, toujours 3e, devra donc battre Rennes dans une semaine pour jouer la Ligue des champions. Les Aiglons, eux, ne peuvent plus rêver que de la Ligue Europa.

Finalement, heureusement que la pluie a provoqué le report de Nice-Lyon. Car après 45 minutes d’une grande tristesse, Niçois et Lyonnais ont fait le spectacle et offert un scenario rêvé pour la dernière journée. A 11 contre 10 après l’expulsion de Maxime Gonalons (72e), Nice semblait pourtant bien parti pour battre les Lyonnais. Mais après un penalty généreux offert aux Aiglons et à son buteur Dario Cvitanich (47e, 1-0) l’OL, grâce à un coup franc exceptionnel de 34 mètres de Clément Grenier (76e), a assuré le point du match nul (1-1). « Je ne sais pas si le coup franc est ''juninhesque'', c’était un extra-terrestre sur coups de pieds arrêtés, explique le héros de l'OL. J’ai eu de la réussite aujourd’hui, car j’ai touché les montants récemment. »

Une juste récompense pour le milieu de terrain des Gones, lequel effectue des extras de coups francs depuis trois semaines chaque avant-veille de match, à raison de 45 minutes. Une rigueur qu’il a instaurée à la manière de Juninho qu’il voyait s’entraîner assidument à cet exercice lors de son arrivée au centre de formation en 2002. « Ce match nul, on est allé le chercher à 10 contre 11, se réjouit Rémi Garde, l’entraîneur lyonnais. C’est une très bonne performance des joueurs. Ils ont voulu le faire aussi pour tout le travail fait par « Max » (Maxime Gonalons, expulsé à la 72e minute) en première mi-temps. On a été très solidaire. Revenir en infériorité numérique n’était pas facile à faire alors félicitation aux gars. » 

Le bijou de Clément Grenier

Ce résultat nul permet aux Gones, pourtant mal embarqués au stade du Ray, de conserver leur 3e place. Mais avec deux points d’avance sur Saint-Etienne (4e), et trois sur Lille (5e) et Nice (6e), le club de Jean-Michel Aulas devra battre Rennes, dimanche prochain, à Gerland, pour être assuré de décrocher son billet pour le troisième tour préliminaire de la Ligue des champions.

Les Niçois, qui ont cru revenir dans les pattes de l’OL avant le chef d’œuvre de Grenier, n’ont plus leur destin entre leurs mains. « Mais on va emmerder tout le monde jusqu’à la fin, on est là pour ça », plaisante le milieu de terrain Fabrice Abriel. Ils devront donc s’imposer à Ajaccio et miser sur un match nul lors de Lille-Saint-Etienne pour disputer la Ligue Europa la saison prochaine. Suspense garanti.

A lire aussi :
Toute l'actu de l'OL

Larqué : « On a le droit d’être inquiet pour Saint-Etienne »

Toute l’actu de la Ligue 1

Aurélien Brossier