RMC Sport

OL: Aulas insiste sur sa volonté de réformer la Ligue 1, avec moins de clubs

Jean-Michel Aulas participe cette semaine à l’événement e-Think Sport 2021, dont il est l’ambassadeur. Et le président de l’OL a profité de sa prise de parole mardi pour évoquer l’avenir de la Ligue 1. En rappelant qu’une refonte est nécessaire à ses yeux. Avec l’objectif d’avoir rapidement un championnat plus resserré.

C’est l’un des gros dossiers du moment sur la table du foot français. Comment rendre la Ligue 1 plus attractive? La question agite les principaux dirigeants, de la Ligue à la fédération, en passant par les clubs. Alors que la crise liée au Covid-19 et le fiasco des droits TV ont fragilisé l’économie du ballon rond, le championnat de France va sans doute devoir se réinventer pour rester compétitif. Jean-Michel Aulas plaide en ce sens. Le président de l’OL l’a rappelé mardi lors de son intervention à l’événement e-Think Sport 2021, dont il est l’ambassadeur cette semaine. Avec la volonté de resserrer les rangs. Aussi bien en L1 qu’en L2.

"Il faut des solutions qui correspondent à ce que peuvent apporter les diffuseurs, a expliqué le patron des Gones dans des propos rapportés par ActuFoot 69. On se rend compte qu’il faut aujourd’hui réduire le nombre d’équipes de l’élite, aussi parce que l’UEFA le demande. On sait aussi que les fédérations le souhaitent car le nombre de matches des sélections nationales est de plus en plus important (…) Cela pourrait être trois groupes de 16 équipes, ou une Ligue 1 à 16 et une Ligue 2 à deux groupes de 12, ou encore une Ligue 1 à 18 et une Ligue 2 à 18 aussi. Il faut resserrer l’élite pour avoir de plus en plus de matches attractifs."

"Rendre le foot plus sexy"

L’idée est également de revoir l’organisation du championnat. Pour aller vers une formule avec des play-offs, comme en NBA ou en Top 14 par exemple. "La valorisation à la télévision ou via le digital vient de l’attractivité, argumente Aulas. Celle-ci doit permettre d’avoir du suspense jusqu’au bout de la compétition. On a aussi imaginé des phases de play-off comme un certain nombre de nations ou le Top 14 le font aujourd’hui".

Une vision que le dirigeant de 71 ans avait déjà développé samedi dernier dans un entretien accordé aux ֤Échos. "Nous devons accepter de nous réinventer pour rendre le foot plus sexy, avait-il confié. Le Top 14 de rugby a trouvé un nouveau souffle dont nous pouvons nous inspirer. (…) Il est difficile de se réformer en temps normal mais la crise actuelle peut créer un électrochoc. Le calendrier est forcément serré mais nous pouvons voter sur des propositions de réformes dès notre prochaine assemblée générale de juin".

https://twitter.com/AlexJaquin Alexandre Jaquin Rédacteur