RMC Sport

OL: moins de clubs, play-offs, Aulas veut s'inspirer du Top 14 pour une Ligue 1 "plus sexy"

Dans une interview aux Echos, Jean-Michel Aulas détaille ses idées pour rendre le football français "plus sexy". Le président de l'OL appelle à s'inspirer du modèle du Top 14.

"Nous devons nous aussi accepter de nous réinventer pour rendre le foot plus sexy." Dans un entretien donné ce samedi aux Echos, Jean-Michel Aulas affirme qu’une refonte de la Ligue 1 est indispensable. Plusieurs initiatives sont selon lui capables de sauver et relancer le foot français, actuellement confronté à une crise sans précédent entre les conséquences économiques liées à l’épidémie de coronavirus et le fiasco des droits TV.

Comme il l’a déjà expliqué à plusieurs reprises par le passé, le président lyonnais est favorable à une réduction du nombre de clubs dans l’élite. C'est-à-dire revenir par exemple à une formule à 18 équipes, comme entre 1997 et 2002.

"Le Top 14 de rugby a trouvé un nouveau souffle dont nous pouvons nous inspirer"

Certains acteurs du football français pensent plus ou moins la même chose, à commencer par Vincent Labrune, le nouveau patron de la Ligue de football professionnelle. "Nous devons redessiner le format de nos compétitions. C'est obligatoire, sinon nous mourrons d'ennui en matière de spectacle et d'épuisement en matière d’investissements. Il n'est pas question de ligue fermée. Il s'agit simplement d'ouvrir un débat sur le nombre de clubs participant à la Ligue 1 et à la Ligue 2", confiait Vincent Labrune en novembre dernier dans les colonnes du Journal du Dimanche. En plus d’une réduction du nombre de clubs, Aulas plaide aussi pour l’instauration de play-offs en fin de saison.

"En diminuant le nombre de clubs de l'élite et en mettant en avant un format de play-off en fin de championnat, le Top 14 de rugby a trouvé un nouveau souffle dont nous pouvons nous inspirer. (…) Il est difficile de se réformer en temps normal mais la crise actuelle peut créer un électrochoc. Le calendrier est forcément serré mais nous pouvons voter sur des propositions de réformes dès notre prochaine assemblée générale de juin", détaille-t-il dans son interview aux Echos. Pour rappel, à l’issue des 26 journées de la saison de Top 14, les deux équipes arrivées en tête se qualifient d’office pour les demi-finales. Les quatre équipes restantes, classées entre la troisième et la sixième place, se rencontrent lors de matchs de barrage.

Les deux équipes qui sortent gagnantes des barrages défient ensuite les premier et deuxième du championnat en demi-finales. La finale du Top 14 oppose les deux derniers clubs.

RR