RMC Sport

OL: Bosz révèle avoir interdit le téléphone aux joueurs avant les matchs

Arrivé à l’Olympique Lyonnais pour succéder à Rudi Garcia, Peter Bosz commence à imposer de plus en plus sa patte à ses joueurs. Dans une interview accordée au Parisien, le technicien néerlandais a révélé les règles qu’il imposait aux joueurs.

Malgré une dixième place au classement, l’Olympique Lyonnais de Peter Bosz commence à donner des signes positifs dans le jeu et tentera de confirmer cette bonne dynamique ce samedi contre Monaco (21h) à l'occasion de la dixième journée de Ligue 1. Dans une interview accordée ce samedi au Parisien, le technicien néerlandais a donné des détails sur les règles qu’il impose à ses joueurs, tout en se montrant réceptifs à leurs demandes: "J’ai mis en place certaines règles mais les joueurs ont le droit d’essayer de me convaincre qu’une règle n’est pas bonne et qu’il faut la modifier (…) Je ne suis pas un policier. Si le joueur a un bon argument, j’écoute, je réfléchis et, de temps en temps, je change la règle", a-t-il déclaré.

Pour illustrer ce cas de figure, l’ancien entraîneur du Bayer Leverkusen a évoqué une anecdote amusante au sujet de l’usage des téléphones portables lors des séances de kiné et avant les matchs: "J’ai interdit le téléphone avant les matchs, pendant la réunion ou quand les joueurs sont sur la table de massage. Car, pour moi, c’est un manque de respect par rapport au kiné qui s’occupe de ton corps. Mais un joueur m’a dit: "Coach, je suis tout seul sur une machine pendant une heure, il n’y a personne d’autre dans la pièce, est-ce que je peux prendre mon téléphone ?" Il m’a convaincu", a-t-il révélé.

"Je ne vais pas dire qu’un joueur a été bon alors qu’il a été mauvais"

Pendant l’entretien, Peter Bosz est revenu sur les interventions parfois critiques qu’il pouvait avoir vis-à-vis de ses joueurs devant les médias, en expliquant son envie d’être honnête avec eux: "Quand j’étais joueur, je détestais les coachs qui disaient des choses aux médias qui n’étaient pas vraies, je ne comprenais pas. Je ne vais pas dire qu’un joueur a été bon alors qu’il a été mauvais. Les fans ont vu le match. Je veux être honnête avec mes joueurs, mais aussi avec les supporters", a-t-il confié.

Le Néerlandais a également avoué qu’un potentiel avenir à la tête des Pays-Bas pourrait l'intéresser: "La Fédération me l’a déjà demandé mais j’avais refusé (…) C’est une ambition mais à condition que je sois libre. Si je suis disponible, ce sera une possibilité. Mais si ça ne dure pas trop longtemps car à 70 ans je ne suis plus entraineur !"

JO