RMC Sport

OL: Garcia a-t-il dit vrai sur sa gestion des jeunes durant sa carrière d'entraîneur?

Sur la chaîne officielle de l'OL, Rudi Garcia a répondu à ses détracteurs lui reprochant de ne pas faire suffisamment confiance aux jeunes. En répondant que sa carrière prouvait le contraire, l'entraîneur lyonnais s'est attiré de nouvelles critiques. Mais qu'en est-il réellement?

Rudi Garcia ne s'est pas fait de nouveaux amis, avec son intervention sur OLTV. À la veille du début de saison 2020-2021 de l'Olympique Lyonnais, avec l'ouverture de la deuxième journée de Ligue 1 contre Dijon, l'entraîneur de 56 ans a poussé un coup de gueule contre ses détracteurs lui reprochant sa politique d'intégration des jeunes.

Il en a profité pour égrener les noms de plusieurs joueurs dont il revendique l'éclosion dans le monde professionnel, au LOSC, à l'AS Roma et à l'OM. Une réponse qui a suscité de nouvelles critiques de la part des supporters lyonnais, ainsi que de certains fans des trois clubs précédemment cités. Mis à part son affirmation sur la Roma, les faits lui donnent plutôt raison.

"Hazard, Gueye, Digne, Origi, c'est moi qui les ai fait jouer à Lille"

Si Eden Hazard a connu ses 30 premières minutes lilloises dans les derniers mois de l'ère Claude Puel, c'est bien avec Rudi Garcia qu'il s'est révélé. Il n'a que 17 ans quand il se retrouve à enchaîner les matchs en Ligue 1, en début de saison 2008-2009. Idrissa Gueye n'avait, lui, jamais joué auparavant en pro avant d'être mis sur le terrain en 2010. Il n'était pas titulaire, mais cela s'explique aisément par les présences de Yohan Cabaye, Rio Mavuba et Florent Balmont, éléments clés du doublé coupe-championnat de 2011.

L'éclosion de Lucas Digne est aussi à mettre au crédit de Rudi Garcia, lors de la saison 2011-2012. Durant l'exercice suivant, Divock Origi intègre l'équipe en février 2013, alors qu'il n'est pas encore majeur. Il entre en jeu pour 22 minutes contre Troyes et parvient à inscrire son premier but, permettant au Losc d'arracher un nul 1-1. Il enchaîne ensuite neuf entrées sur la fin du championnat, avant d'être véritablement mis en lumière par René Girard.

"Florenzi, Pellegrini, qui sont devenus internationaux, c'est moi qui les ai fait jouer à Rome"

Alessandro Florenzi a effectivement été grandement utilisé par Rudi Garcia à l'AS Rome, avec 112 rencontres disputées pour un peu plus de 7.000 minutes. Il n'a pour le moment jamais été plus sollicité par autre coach. Un bémol cependant: Alessandro Florenzi s'était installé dans l'équipe dès la saison 2012-2013, celle qui a précédé l'arrivée de Rudi Garcia. Le technicien tchèque Zdenek Zeman lui avait fait jouer 39 rencontres toutes compétitions confondues, avec notamment 25 titularisations en championnat. Cela lui a ouvert les portes de l'équipe nationale d'Italie, avec deux apparitions dès novembre 2012. Ses débuts ont d'ailleurs eu lieu contre la France (défaite 1-2).

Pour Lorenzo Pellegrini, Rudi Garcia lui a bien offert sa première apparition dans le monde professionnel. Il avait 18 ans lorsqu'il est entré contre Cesena en mars 2015, en Serie A, pour 23 minutes de jeu. Mais c'est tout. Le jeune milieu de terrain a ensuite été transféré durant le mercato estival à Sassuolo, pour seulement 1,25 million d'euros.

"Kamara, Lopez, c'est moi qui les fait jouer à Marseille"

Boubacar Kamara fait ses débuts le 13 décembre 2016, en Coupe de la Ligue contre Sochaux. Il réapparaît en septembre 2017, au Vélodrome, dans le cadre d'un match de Ligue Europa contre Konyaspor. Au final, il dispute 51 matchs sous les ordres de Rudi Garcia.

Maxime Lopez a fait ses premiers pas avec Franck Passi, le 21 août 2016 en championnat contre Guingamp. Une demi-heure qui a été la première de ses trois maigres utilisations par l'ancien adjoint de Marcelo Bielsa. C'est bien avec Rudi Garcia que le produit du centre de formation marseillais gagne beaucoup de temps de jeu, en enchaînant les titularisations et les matchs de 90 minutes, à partir du 30 octobre, soit dix jours après le changement d'entraînement consécutif à la reprise de Frank McCourt.

"Cherki, Caqueret et Bard, c'est moi qui les ai fait jouer ici et personne avant moi, [...] il a fallu que je fasse monter Melvin et Rayan définitivement"

Considéré comme un crack de la nouvelle génération du centre de formation lyonnais, Rayan Cherki a bien été lancé par Rudi Garcia en octobre. Il compte aujourd'hui 12 matchs avec les pros (environ 500 minutes).

Maxence Caqueret a, lui, pu s'offrir deux rencontres de Coupe de France lors de la saison 2018-2019 de Bruno Genesio. Rudi Garcia lui a néanmoins offert sa première sortie en Ligue 1, au cours du mois de novembre 2019. La concurrence avec Lucas Tousart, Houssem Aouar, Jean Lucas, Thiago Mendes et Bruno Guimaraes a rétréci son temps de jeu durant le premier trimestre 2020. Avant de devenir un temps-plein dans le milieu lyonnais pour la finale de la Coupe de la Ligue et le tournoi final de la Ligue des champions.

Quant à Melvin Bard, barré par Youssouf Koné, Marçal et le repositionnement de Maxwel Cornet, il ne compte pour le moment qu'une seule apparition officielle avec Rudi Garcia: 45 minutes contre Nîmes lors de la 17e journée de Ligue 1.

JA