RMC Sport

OL: La mise au point musclée de Genesio

Bruno Genesio a profité de la conférence de presse avant Caen-Lyon pour remettre les pendules à l'heure sur son altercation nocturne à Lyon.

Si les journalistes présents ont un peu tourné autour du pot avant d'attaquer le sujet qui fâche, l'altercation de Bruno Genesio avec un homme, peut-être supporter de l'OL, dans une boite de nuit lyonnaise il y a une dizaine de jours, le coach de l'Olympique lyonnais n'y est pas allé par quatre chemins. "Si vous voulez parler de l'incident..." Il enchaîne ensuite avec une longue tirade pour préciser sa pensée: "Je comprends les critiques, je comprends qu'on puisse être en désaccord avec certains de mes choix jusqu'à ce que certaines limites sont franchies. il y a un an jour pour jour il y a eu la divulgation de mon numéro de téléphone sur twitter qui m'a valu une centaine d'insultes et de menaces et dernièrement cette altercation qui est liée à ma fonction.

Un nouvel épisode du "Genesio-bashing", selon le principal intéressé, même si une enquête de l'Equipe établissait qu'il n'avait pas forcément été pris à partie par des supporters. Un constat auquel le coach lyonnais souscrit aussi, mais pas pour les mêmes raisons: "Je n'assimile pas ces personnes à des supporters Ce sont probablement des sympathisants, mais pas des supporters." Sous-entendu les supporters, s'ils peuvent être critiques avec lui ne sont pas les mêmes qui le harcèle sur les réseaux sociaux et donc même peut-être dans la vraie vie.

Genesio: "Je regrette d'être sorti"

Bruno Genesio ne s'est tout de même pas exonéré de toute responsabilité: "Je regrette d'être sorti, j'ai fais mon mea culpa devant les personnes concernées au club. je regrette d'avoir été là à cette heure là, mais je ne regrette pas ma réaction." Sur un vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, on le voit courser un homme, qui aurait donc dépasser les bornes. 

Même si l'OL a été très peu disert sur l'incident, Bruno Genesio peut au moins compter sur le soutien des joueurs. Anthony Lopes, figure du vestiaire même s'il n'est plus capitaine cette saison a été sans ambiguïté: "Ce sont des choses personnelles. Lui, il n'a rien montré de négatif devant tout ça. On est derrière lui et on fait bloc avec lui. Ca rend le groupe encore plus solidaire." Reste maintenant à transformer cette solidarité en points à Caen samedi, car c'est surtout de ça dont Bruno Genesio et l'OL ont besoin.

PK et EJ