RMC Sport

OL Land, Aulas s’en remet à l'Etat

Jean-Michel Aulas

Jean-Michel Aulas - -

Jean-Michel Aulas a rencontré cette semaine Chantal Jouanno, la ministre des Sports, pour lui demander son soutien dans le dossier du grand stade de l’Olympique Lyonnais. Un rendez-vous jugé positif par le président rhodanien et qui devrait permettre l’accélération de procédures jusque-là ralenties par des conflits politiques.

Un peu moins de trois ans pour se rapprocher des plus grands clubs européens. Le 8 décembre 2013, l’Olympique Lyonnais doit inaugurer son grand stade. Une date déjà cochée sur l’agenda de Jean-Michel Aulas. Ce jour-là, le « Stade des Lumières », d’une capacité de 60 000 places, permettra à son club d’augmenter significativement ses ressources. L’OL Land de Décines, ses boutiques, ses hôtels, son siège, ses terrains d’entraînements, le président lyonnais en a fait sa priorité à moyen terme. Mais le dossier traîne. L’opposition locale, des écologistes et des associations mènent la vie dure au projet. Alors Jean-Michel Aulas a frappé à une autre porte cette semaine.

En rencontrant jeudi la ministre des Sports Chantal Jouanno, il a voulu s’assurer que l’Etat était derrière l’OL dans l’optique de l’Euro 2016, que la France organisera. « Pour moi, les choses sont débloquées, a expliqué le président lyonnais à la sortie du rendez-vous. On avance, on travaille. Certains ont pensé qu’ils pouvaient bloquer un certain nombre de choses. Pour nous, ce n’est pas d’actualité. » Le ministère soutient donc Gérard Collomb, le maire PS de Lyon qui porte le dossier, malgré la volonté de l’UMP locale de privilégier une rénovation de Gerland.

Septembre 2014, date butoir pour l’Euro

Une divergence qui devrait avoir une conséquence heureuse pour l’OL, en accélérant notamment le processus. « Nous sommes en attente de la loi d’utilité publique qui sera déclarée pour le projet Euro 2016 et qui permettra de balayer tous les recours » a confié le directeur général du club lyonnais, Philippe Sauze. Le Plan Local d’Urbanisme, voté le 29 novembre dernier, a été un premier pas vers le dépôt du permis de construire, prévu pour juillet 2011. Les travaux démarreraient dans la foulée, pour s’achever symboliquement le 8 décembre 2013, jour de la Fête des Lumières. Pour tenir le calendrier, l’OL se base sur le financement déjà établi du grand stade.

Les 450 millions d’euros liées à sa construction sortiront de la poche du club. La communauté urbaine interviendrait sur l’accessibilité, pour un montant estimé à 190 millions d’euros. Une somme qui irrite les opposants, entre autres motifs de contestation. « On est plutôt pris aujourd’hui dans une querelle de cloche merle au niveau politique sur la région lyonnaise, de prise d’otages. Pour poser problème à Gérard Collomb juge Philippe Sauze. Il y a des élections qui se profilent et qui nous emmènent dans une sorte, les élus de droite essaient de ‘‘polluer’’ un des plus grands projets de la communauté urbaine. » En septembre 2014, il sera trop tard pour prétendre à l’Euro 2016. Lyon devra avoir son nouvel écrin. Le timing est serré.

Laurent Picat avec Edward Jay