RMC Sport

OM: "À moi de lui donner tort", Payet se confie sur les choix de Tudor et son statut de remplaçant

À deux jours de la réception de l’OL au Vélodrome en clôture de la 14e journée de Ligue 1 (dimanche à 20h45), Dimitri Payet s’est longuement confié sur son statut de remplaçant ce vendredi en conférence de presse.

Comme souvent ces dernières années avant l’Olympico, Dimitri Payet a été envoyé devant la presse ce vendredi. Et ça tombe bien, car les journalistes avaient de nombreuses questions à poser au Réunionnais, qui a connu un sérieux déclassement à l’OM depuis la prise de fonctions d’Igor Tudor.

>> Revivez la conférence de presse de Tudor et Payet

Mardi soir, l’international français (38 sélections, huit buts) est une nouvelle fois resté assis sur le banc lors de la défaite contre Tottenham en Ligue des champions (1-2). Depuis le début de la saison, l’ancien Lillois, si précieux en 2021-2022 sous les ordres de Jorge Sampaoli, n’a été titularisé qu’à six reprises.

"J'étais déjà frustré en partant de la Commanderie. Entre le moment où on est partis d'ici et le moment où on est arrivés au stade, j'étais très frustré de ne pas être sur le terrain, a indiqué Payet ce vendredi en conférence de presse au sujet de la rencontre contre les Spurs en début de semaine. En tant que compétiteur, je veux et je travaille pour être sur le terrain tout le temps. Mais le coach fait des choix il faut les respecter."

"À moi de lui mettre des problèmes dans la tête"

"J'ai beaucoup travaillé pour être en forme. Je me sens bien. Sur le dernier match à Strasbourg (où il a joué l’intégralité de la rencontre, ndlr), j'ai eu de bonnes sensations et ça faisait longtemps que je n'avais pas fait un match en entier, a poursuivi Payet. Après, évidemment que ce n'était pas ce que je m'étais mis en tête au début de cette saison. Mais si le coach fait des choix et pense que l'équipe peut être meilleure sans moi, c'est qu'il a des raisons. À moi de faire en sorte chaque jour sur le terrain et quand il fait appel à moi de lui donner tort, de lui mettre des problèmes dans la tête."

Sous contrat jusqu’en juin 2024, le milieu offensif de 35 ans jure qu’il n’a aucun intérêt à aller voir l’état-major marseillais pour discuter de cette situation. Pour lui, c’est seulement grâce à ses performances sur le terrain qu’il pourrait changer la donne.

"Pourquoi discuter avec les dirigeants? Je pense que ça n'a jamais été ma façon de faire. À chaque fois que je suis passé par des moments où je jouais moins, j'ai travaillé pour regagner ma place, retourner sur le terrain. Ce n'est pas aujourd'hui, à cet âge-là, que je vais aller me plaindre à mes dirigeants. Le coach est celui qui décide. Je pense que si je suis à mon niveau, décisif, le coach n'est pas fou. Si tu fais gagner les matchs, il va forcément te mettre."

Face à l’OL, dans une rencontre où il a brillé ces dernières années, il a une occasion en or de faire changer d’avis son coach. Encore faut-il que ce dernier, qui a admis "une erreur" en ne le faisant pas entrer contre Tottenham, décide de l’aligner.

F.Ga avec F.Ge à Marseille