RMC Sport

OM : Barton, les coulisses d'un drôle de transfert

Joey Barton

Joey Barton - -

Soixante-douze heures après l’officialisation de l’arrivée de l’Anglais Joey Barton à l’Olympique de Marseille, RMC Sport vous dévoile l’envers du décor de ce transfert à sensation. Croustillant.

« Hi, Vincent (accent british). This is Jo. » Vincent, c'est Labrune. Jo, c’est Barton. La conversation téléphonique, qui date de lundi dernier, a évidemment lieu en anglais. « Pourquoi tu m'appelles, Joey ? », lui répond Vincent Labrune, accaparé par… une intense partie de pétanque. « Rien, Vincent. Je suis à Londres. On fait du bateau sur la Tamise avec Willie (son agent, ndlr). J'ai eu envie de vous appeler (…) Vincent, j'ai vu les 3 matchs de l'OM, dont la victoire d'hier contre Montpellier. Je pense que l'on peut être champion. » Et le président Labrune d’éclater de rire.

Ainsi va Joey Barton, qui ne lâche jamais sa proie tant qu'elle ne cède pas. Le "bad boy" anglais voulait signer à Marseille. Il est parvenu à ses fins. C'est en fait Willie Mc Kay, l'agent de Barton, incontournable quand il faut trouver un club anglais à un joueur marseillais (Il a grandement contribué au transfert d'Alou Diarra à West Ham, ndlr) qui souffle, en juillet, l'idée de prendre Barton au président de l'OM. Labrune n'hésite pas une seconde, mais pose une condition. « Si les QPR achètent Stéphane Mbia, je leur prends Barton en prêt. » L'OM a besoin d'argent. Labrune sait que, depuis une saison, Mbia a des envies de départ et le profil de Barton ne lui fait pas peur. Il excite même José Anigo, l'un des rares à être mis au courant du gros coup qu'est en train de préparer l'OM.

Labrune calme Barton

La partie de poker peut alors commencer. Labrune la gagnera vendredi soir à 23h, avec un transfert de Mbiaen Angleterre pour 6 M€ et un prêt gratuit de Barton, avec prise en charge de la moitié du salaire par QPR. Le coup de cœur se confirme à Londres, lors du transfert d'Azpilicueta. Labrune : « On a déjeuné ensemble. Il était cool, relax. Il nous a raconté comment les médias anglais ont fait de lui le ‘’bad boy’’, à l'opposé de Beckham, ‘’le gendre idéal’’. Il nous a dit qu'il voulait se refaire une virginité sur Marseille et montrer qui est le vrai Jo, le footballeur. » « Lors du premier rendez-vous, au bout de trente minutes, on savait que Jo viendrait à Marseille, raconte Anigo. C'est un garçon intelligent, attachant et qui est frais. Pour lui, le sport passe avant le fric. Et surtout, c'est un bon joueur, on a tendance à l'oublier. »

Avant que ce transfert à sensation ne se fasse, Labrune a dû toutefois calmer les ardeurs de ce twittos compulsif, qui twitte, un peu, beaucoup, passionnément. C'est d’ailleurs ce que reproche Labrune à Barton, lors de sa croisière sur la Tamise. « Jo, voilà ce qu'on va faire. Arrête de twitter et de me mettre le feu. Arrête de filer des infos à Sky Sports. On va rester discret sur la communication. Et, tu verras, le transfert se fera, fais-moi confiance... » Jo Barton et Willie Mc Kay acquiescent et sont même enthousiastes. Labrune pense que le dossier va enfin pouvoir se régler en toute discrétion.

Le lendemain, Barton balance un tweet. « Off to Marseille (En vol pour Marseille) », photo d'un jet privé à l'appui. Un cameraman de Sky Sports voyage avec lui ! Labrune appelle Barton. « C'est quoi cette histoire ? Tu prends l'avion pour Marseille ? Avec Sky Sports ? Qu'est-ce qu'on avait dit, Jo ?... » Barton : « I know, Vincent. Mais... Qui paye le jet privé, à ton avis ? » C'est Sky Sports, évidemment... Labrune préfère en rigoler et demande juste une faveur à son futur joueur : « Jo, tu ne m'appelles pas Vincent, mais Président, OK ? ». Réponse amusée de Barton : « Je vous appellerai Président quand je serai joueur de l'OM ! »

Mister President et Mister Jo

Jo Barton atterrit à Marignane le mercredi à 14h21. Pour faire bonne figure, l’OM la joue même grand seigneur et met en scène, via les caméras du club, l'arrivée de Barton à la Commanderie. Tape amicale de Labrune sur l'épaule de Barton. Poignée de mains ferme entre l'Anglais et Anigo. Même Elie Baup est présent, pour parler ballon avec son futur joueur. Jo Barton et Willie Mc Kay tombent rapidement d'accord avec l'OM. A Mbia de jouer, avec les dirigeants de QPR.

Première nuit de Barton dans son hôtel du Vieux Port, un footing sous la pluie à la Commanderie le lendemain puis, le Vélodrome. Un drapeau anglais dans les tribunes, des photos avec les supporters et quelques encouragements, Barton se sent déjà marseillais. Il reste au Vélodrome jusqu'à 23h30, en loges. A ses côtés, l'état-major olympien craint que Mbia fasse capoter le transfert pour des exigences salariales de dernière minute. Mais au fond de lui, Labrune, fier de son coup, sait déjà que Barton, quoi qu'il arrive, sera marseillais. « Tu peux m'appeler Mister President », lâche même Labrune à Barton. « OK, mais vous m'appelez Mister Jo », lui rétorque l'Anglais.

Mbia s'envole enfin pour Londres le vendredi, dernier jour pour enregistrer un transfert en Angleterre. Barton passera, lui, sa soirée dans son hôtel à attendre l'accord du Camerounais avec les QPR, et le feu vert de José Anigo pour signer son contrat, à 23h. Enfin. Barton peut annoncer sur son compte twitter qu'il est « un joueur de l'OM ». Et envoyer un petit SMS à Vincent Labrune : « Thank you for this opportunity. I will not let you down my friend. (Merci pour cette opportunité mon ami. Je ne vous décevrai pas) » Barton a déjà oublié qu'il devait appeler Labrune, « Mister President »...

Florent Germain à Marseille