RMC Sport

OM : comment Gignac est devenu indispensable

André-Pierre Gignac

André-Pierre Gignac - -

Boosté par la confiance accordée par José Anigo, André-Pierre Gignac est revenu au top alors que l’OM reçoit Valenciennes ce samedi (17h). Très impliqué, il s’affirme comme un cadre incontournable au sein du club phocéen.

A l’heure d’accueillir Valenciennes ce samedi après-midi (17h) pour le compte de la 21e journée de Ligue 1, José Anigo y voit un peu plus clair sur le profil de son équipe. A Lyon mercredi (2-1), en quarts de finale de la Coupe de la Ligue, celle-ci ne lui pas a donné satisfaction. Mais l’entrée en jeu d’André-Pierre Gignac, auteur d’un penalty inutile en fin de rencontre (89e), l’a conforté dans son idée. L’avant-centre phocéen est indispensable. « Quand il est entré, l’équipe s’est tout de suite projetée plus haut. Elle a joué différemment », appuie-t-il.

Depuis que José Anigo a repris les rênes de l’OM, l’ancien Toulousain a inscrit sept buts en sept matches toutes compétitions confondues. En dehors du premier rendez-vous (sans enjeu) contre le Borussia Dortmund en Ligue des champions (1-2), Gignac a scoré au moins une fois à chaque match. Une réussite pas si étonnante que ça pour le coach marseillais qui a fait de son attaquant un élément incontournable de son groupe. « Depuis que j’ai repris l’équipe, je me suis appuyé sur des joueurs cadres et il en fait partie, confirme Anigo. Et quand Gignac ne joue pas, offensivement, c’est une autre équipe. Il est vraiment devenu le leader de l’attaque avec sa puissance mais aussi sa force mentale. Quand il est en situation d’échec, il revient, il tente. Ça impacte sur le reste du groupe. »

Lémina : « On a envie de le suivre »

Mais pourquoi le discours d’Anigo passe-t-il mieux que celui de son prédécesseur, Elie Baup ? « Dédé, comme moi, est un affectif, il a besoin d’être aimé, d’être considéré, explique l’entraîneur de l’OM. C’est à travers cette considération qu’il se sent aujourd’hui dans la peau d’un leader. » Motivé par cette marque de confiance et désormais épargné par les pépins physiques, Gignac veut montrer l’exemple et tirer, comme d’autres cadres (Cheyrou, Diawara….), son équipe vers le haut. Et ça marche. « Sa réussite nous booste, témoigne Mario Lemina (20 ans). Ça nous donne envie d’aller encore plus loin dans ce championnat. Il nous donne de la détermination car il revient au top niveau. On a envie de le suivre. » 

Si André-Pierre Gignac est l’une des plus satisfactions de l’ère Anigo, c’est aussi parce que l’homme est plus épanoui. Aujourd’hui, « Dédé » a souvent le sourire à l'entraînement. On le voit aussi très chambreur, plus bosseur, à l’image des footings, où il est un peu moins à la traîne. Gignac prend aussi à cœur son rôle de « grand frère » ou du moins de relais entre l’ancienne et la nouvelle génération. « Mais même quand il n’était pas au top, il parlait aux jeunes, rappelle Lemina. Il essaie de montrer la voie et c’est un très bon meneur d’hommes. » Direction la Ligue des champions ? 

A lire aussi :

>> Le « casse-tête » Valbuena-Ayew vu par Coupet et Benarbia

>> Be.Cheyrou : « Avec Anigo, ça file droit ! »

>> La fiche d’André-Pierre Gignac

Aurélien Brossier avec Florent Germain à Marseille