RMC Sport

OM: comment Mandanda est redevenu "Il Fenomeno"

Steve Mandanda, le gardien de l'OM, est transfiguré cette saison. Explications d'une transformation.

"Dimanche soir, il a levé le stade avec sa double parade extraordinaire!": parole de Jacques-Henri Eyraud, Steve Mandanda est de retour. Dans les dernières minutes d'un asphyxiant OM-Rennes, il a sauvé Marseille d'un double arrêt réflexe face à Hunou et le Vélodrome chauffé à blanc s'est rappelé pourquoi il surnommait son gardien champion du monde "Il Fenomeno". Après le titre mondial, il avait un peu oublié, tant Mandanda, lourd et emprunté, semblait perdu au milieu des cages olympiennes. Changement complet depuis le début de saison. 

La prise de conscience, elle, est bien antérieure. Sa non-sélection en équipe de France pour les matchs du mois de juin l’a forcément affecté mais Mandanda s’y attendait. Il était tout à fait conscient qu’il n’était pas à la hauteur la saison passée.

Cadre de Didier Deschamps, qui lui a toujours fait confiance, le gardien marseillais avait d’ailleurs eu une discussion franche avec le sélectionneur, qui lui a dit qu’un gardien de son standing devait d’abord être en forme physiquement. 

Un proche: "Tout le monde s’est rendu compte à quel point Steve est primordial pour l’OM"

Mais Mandanda n’avait pas attendu cet échange et cette mise au placard des Bleus pour se remettre en cause. "Steve se connaît par cœur. Il savait que sa dernière saison était très moyenne", témoigne un de ses proches. "Il y avait des raisons à cela, mais Steve n’a jamais cherché d’excuses et on s’était promis qu’on répondrait d’abord sur le terrain, et le plus tôt possible."

Référence à une saison 2017/18 très éprouvante, intense avec une Ligue Europa disputée à fond jusqu'à la finale, puis une Coupe du monde où Mandanda, deuxième gardien, ne joue qu'un match mais est un pilier du groupe France dont il est le doyen. 

"Tout ça vous pompe de l’énergie, mentalement. Y a-t-il beaucoup de champions du monde qui ont fait une grosse saison l’année suivante?", interroge un intime du capitaine de l’OM, qui regrette juste que Mandanda ait repris trop tôt l’entraînement et la compétition, après cette deuxième étoile remportée avec les Bleus. 

Eyraud: "Son remplacement n’a jamais été d’actualité!"

"Après tout, la saison dernière a au moins eu un effet positif, indique ce même proche. Tout le monde s’est rendu compte à quel point Steve est primordial pour l’OM!" Avant de revenir sur les raisons d’un retour en forme: "Cet été, Steve a enfin pu couper un peu et se vider la tête. Mais là où il a été très fort, c’est qu’il est entré très tôt dans sa préparation d’avant-saison. Il a consacré quelques jours à sa famille, puis son envie de revenir en forme et au plus haut niveau a tout de suite pris le dessus."

Pendant l'été, les rumeurs vont bon train, mais Jacques-Henri Eyraud l'assure ce lundi à RMC Sport, "son remplacement n’a jamais été d’actualité!"

Merano avant le brassard

Mandanda n’aime pas trop insister sur ce sujet mais sa cure d’amaigrissement à Merano a été un moment important pour relancer sa fin de carrière. A la fois pour perdre quelques kilos. Mais surtout pour se remettre la tête à l'endroit: ce changement de physionomie a marqué, psychologiquement, un nouveau départ. Envolé le blues de la saison précédente et cette fameuse décompression post titre de champion du monde.

Autre moment fort: Villa-Boas lui redonne le statut de capitaine. Mais Mandanda avait il vraiment besoin du brassard pour redevenir Il Fenomeno?Les avis divergent. Mandanda affirme qu’il n’a pas besoin de ce brassard pour se donner à fond et être exemplaire. Et rappelle qu’il avait fait de bonnes performances lors de son retour au club, la première saison, et alors que Payet était capitaine.

"C’est simplement qu’il aime avoir cette responsabilité. Il prend plaisir et se sent bien dans ce rôle", assure un proche.

"Rudi Garcia lui a plombé le moral"

D’autres collègues du vestiaire voient les choses autrement. "Rudi Garcia lui a fait très mal en ne lui redonnant pas le brassard. Il lui a plombé le moral", lâche l’un d’entre eux. 

Mais tout le monde s’accorde pour affirmer que Mandanda est en effet LE taulier du vestiaire marseillais. Même si AVB avait officiellement nommé un groupe de 4 joueurs (Mandanda, Payet, Thauvin, Gustavo, quand il était encore là…), Mandanda est le plus écouté. Il est le relais des joueurs pour aller discuter avec le coach ou pour défendre certains sujets avec le président, notamment le dossier toujours épineux des primes de matchs. De quoi imaginer une reconversion au sein du club pour le gardien de 35 ans? "Steve a d’ores et déjà marqué l’histoire de son club à son poste, assure Eyraud. Tout est possible dans ce domaine. Mais nous n’avons jamais encore parlé de reconversion car je pense qu’il a encore beaucoup de pages à écrire pour l’OM."

Même les nouveaux remarquent vite cet apport indéniable, comme en témoignait à RMC Sport Alvaro Gonzalez, avant sa blessure: "Steve m’a beaucoup impressionné. Je le voyais avec l’OM ou parfois avec la sélection. Ses parades, son jeu au pied, mais aussi sa présence dans le vestiaire: il aide beaucoup l’équipe et on se doit de l’écouter car il connait parfaitement Marseille et ce que représente l’OM."

Pendant qu'André Villas-Boas concluait la soirée de dimanche au Vélodrome en espérant que son gardien retrouve l’équipe de France, Steve Mandanda défendait son collègue Jordan Amavi sans s’attarder sur son retour au plus haut niveau. La classe du capitaine.

Florent Germain, à Marseille