RMC Sport

OM: Eyraud demande encore un effort de salaire aux joueurs si la crise se prolonge

Jacques-Henri Eyraud, président de l'OM, a confié sur RTL qu'il discutait toujours avec les joueurs pour que ces derniers acceptent des efforts supplémentaires sur les salaires si la situation se prolonge.

Jacques-Henri Eyraud a fait un nouveau point sur les moyens mis en place par l'OM pour limiter les impacts économiques sur le club en raison de la crise liée au coronavirus. Le président marseillais s'est réjoui notamment de l'accord conclu avec l'Etat sur l'exonération des charges patronales. Quant aux joueurs, les discussions sont toujours en cours pour les convaincre de baisser leurs salaires si nécessaire

"On est en discussion pour qu'ils acceptent de faire un effort supplémentaire si la situation devait se prolonger et si, par exemple, les diffuseurs devaient ne pas payer les droits TV qui étaient dus au club, a-t-il expliqué sur RTL. C'est un enjeu très important et je pense qu'ils comprendront que faire un effort supplémentaire s'impose dans ce contexte aussi difficile."

Il s'est aussi offusqué d'une remarque de son interlocutrice laissant penser que le football "utilise l'argent public pour financer une partie des salaires mirobolants des joueurs" en ayant recours au chômage partiel.

"Ce serait injuste et démagogique de le dire comme ça, explique-t-il. En France, un club comme l'Olympique de Marseille paie plus de charges patronales que la totalité des clubs de football du championnat espagnol. Quand un dispositif d'activité partielle permet à un club en situation économique très difficile - et ce n'est pas seulement le cas de l'OM - de ne pas payer de charges patronales pour traverser la crise, je pense que c'est une mesure juste qu'un club de football doit pouvoir appliquer dans des conditions aussi exceptionnelles."

"Il y a aussi de la solidarité financière vis-à-vis des collaborateurs, poursuit-il. Les dirigeants ont décidé de baisser leurs salaires pour s'aligner sur les collaborateurs qui ont vu des pertes des salaires. Une baisse de 20%."

NC