RMC Sport

OM: Eyraud s’en est pris aux joueurs et a posé deux ultimatums après Nîmes

L’après-match dans le vestiaire de l’Olympique de Marseille a été extrêmement tendu après la défaite face à Nîmes (1-2) samedi. Au lendemain de cette déconvenue, Jacques-Henri Eyraud a tenu un discours très dur aux joueurs.

La défaite de l’OM contre Nîmes (1-2) a laissé des traces. André Villas-Boas, furieux contre son équipe, était en colère contre ses joueurs. Un autre homme l’était également mais s’est contenu pour laisser son entraîneur gérer ce moment. Il s’agit du président olympien, Jacques-Henri Eyraud. Comme d’habitude, le dirigeant est resté silencieux dans le vestiaire. L’Olympien considère que l’après-match appartient aux joueurs et au staff. 

Mais ce dimanche matin, et c’est assez rare pour le souligner, c’est un autre président qui s’est présenté face aux joueurs. Dans une colère froide, JHE a réuni ses joueurs juste avant l’entraînement. Le président marseillais s’est lancé dans une diatribe contre ses joueurs comme le raconte un joueur: "Il nous a dit que notre match était pathétique, qu’on était pourri gâté et qu’on s’est fait marcher dessus par le dernier de Ligue 1, qu’on avait aucune envie. On l’a rarement vu comme ça."

Un Eyraud « furieux »

Le discours du président olympien a duré de longues minutes où tous les sujets ont été évoqués comme le raconte ce même joueur: "Le prez (le président) était furieux. Il a dit qu’on était indigne de porter le maillot et qu’on ne respectait pas les supporters. Que si le stade avait été plein on serait rentré à 3h du matin." Jacques-Henri Eyraud évoquait donc la frustration et la colère des supporters marseillais qui se seraient sans doute fait entendre si le stade avait été plein. 

Un membre du staff olympien abonde dans le sens du joueur contacté par RMC Sport: "Jacques-Henri s’est calmé à la fin en expliquant qu’avec les deux matchs en retard on était encore en course mais il a demandé aux joueurs de se remettre en question. C’est normal après la bouillie qu’on a vu hier." 

Un ultimatum pour les joueurs en fin de contrat

La fin du discours de Eyraud fera sans doute réfléchir certains cadres du vestiaire car le président marseillais a lâché en substance que certains olympiens se voyaient trop beaux et qu’aucun joueur n’avait le niveau des tops clubs européens et qu’il fallait qu’ils redescendent sur terre. Toujours dans une colère froide, Jacques-Henri Eyraud a donné deux ultimatums à ses joueurs. 

Le premier concerne les joueurs en fin de contrat. Le président olympien a exigé aux joueurs libres en fin de saison d’aller voir l’entraîneur André Villas-Boas et le directeur sportif, Pablo Longoria, dans les 48 heures pour confirmer leur intention de rester professionnel. Si ces rendez-vous n’avaient pas lieu, les joueurs ont 13 jours pour quitter l’OM et trouver un club. Le deuxième ultimatum concernait les joueurs étrangers qui ont l’obligation d’apprendre le français rapidement, à moins de quitter l’OM l’été prochain. 

La conclusion du discours du dirigeant olympien s’est fait de manière encore plus ferme comme le raconte ce même joueur: "Il nous a dit qu’il voulait qu’on respecte ce blason et qu’il allait faire respecter l’institution OM encore plus et que chaque écart disciplinaire de notre part serait fortement sanctionné." Les supporters olympiens attendent une réponse de leurs joueurs mercredi soir face à Lens. Un match qui revêt une importance particulière pour tout l’OM depuis 24 heures.

Loïc Tanzi