RMC Sport

OM : grand risque de huis clos pour le Vélodrome

-

- - AFP

INFO RMC SPORT. La commission de discipline va s'emparer du dossier concernant les jets de projectiles qui ont perturbé OM-Bastia samedi lors de la dernière journée de Ligue 1. Déjà sous le coup d'un huis clos avec sursis, les virages du Vélodrome pourraient être fermés lors du premier match à domicile de Marseille la saison prochaine.

Les jets de projectiles n’ont pas gâché le dernier match de l’OM à la maison samedi lors de la dernière journée de Ligue 1. Mais ils risquent probablement de ternir l’ambiance du Vélodrome pour la première rencontre à domicile la saison prochaine. La commission de discipline de la LFP étudiera ce jeudi le rapport rédigé par M. Buquet, l’arbitre d’OM-Bastia (3-0).

Un pétard, lancé depuis le virage Sud, qui explose dans la surface de réparation du gardien corse Jean-Louis Léca, juste après un dégagement en six mètres en première période. Puis des jets de briquet, d’une bouteille d’eau et de petits morceaux de barres de fer, tirés du virage Nord, ce qui avait contraint l’arbitre à renvoyer tout le monde au vestiaire pendant un quart d’heure, juste après la mi-temps.

Vers un huis clos partiel pour les virages ?

Selon nos informations, le dossier sera placé en instruction et ne sera pas jugé avant le 18 ou le 25 juin. Les deux virages du Vélodrome étant déjà sous le coup d’un huis clos avec sursis, « il y a un risque très élevé que le sursis soit révoqué et qu’il y ait donc un huis clos, car les faits sont assez lourds », confie une source proche du dossier. Un huis clos partiel qui ne concernerait que les virages du Vélodrome.

L’OM est en train de préparer sa défense mais les dirigeants marseillais se sont déjà faits à l’idée qu’il y avait très peu de chances pour qu’ils parviennent à échapper au huis clos. Le club phocéen a pourtant des arguments à faire valoir. Les nombreuses annonces du speaker du Vélodrome, l’intervention express de Philippe Pérez, le directeur général, et de Guy Cazadamont, le directeur de la sécurité, pour valider rapidement (via le Préfet) la présence d’une rangée de CRS en bas du virage Nord, là où était positionné Jean-Louis Léca en deuxième période, et la volonté du club d’interpeller rapidement les fauteurs de trouble.

L’OM a porté plainte

L’OM et son service juridique ont dans la foulée porté plainte. L’identification des supporters ayant jeté des projectiles est d'ailleurs en cours. Les autorités s'appuient sur quelques photos et vidéos captées par les caméras de surveillance du stade. L’OM - qui sur son site internet appelle avant chaque match ses fans à rester disciplinés au Vélodrome - a d’ailleurs convoqué, ce mardi soir, les groupes de supporters pour évoquer ces incidents et faire le bilan de la saison. La question des filets de protection dans les virages, enlevés par la société Arema (gestionnaire du Vélodrome), pourrait être soulevée.

Le club olympien, qui aura toujours la possibilité de faire appel histoire de repousser la sanction à une date ultérieure à la période estivale (où le stade est traditionnellement rempli), s’en serait bien passé. D’autant que les incidents d’OM-Bastia ne reflètent en aucun cas la bonne tenue des supporters marseillais, dans un Vélodrome qui sera resté très festif, coloré et passionné tout au long de la saison.

Florent Germain avec Jérôme Sillon