RMC Sport

OM : huis clos partiel au Vélodrome ?

-

- - AFP

Par crainte de débordements après le tumultueux OM-Bordeaux (0-0) dimanche, la LFP réfléchira mercredi à la fermeture des virages du Vélodrome pour la réception de Nantes, le 24 avril. Envisagé afin d'accompagner plutôt que pour punir l'OM, le huis clos partiel pourrait ensuite être renouvelé pour la rencontre face à Reims le 7 mai.

Clairsemés dimanche, lors d’OM-Bordeaux (0-0) les virages du Vélodrome pourraient bien être vides durant la fin de saison. Et ce ne sera pas une décision des supporters. Ce mercredi, la Commission de Discipline de la LFP va instruire le dossier des débordements qui ont eu lieu au Vélodrome lors du match OM-Bordeaux (0-0), dimanche. La volonté de certains supporters d’entrer sur la pelouse, les jets de projectiles et l’usage d’engins pyrotechniques va être étudié par la Commission, qui entendra les dirigeants de l’OM.

« On frôle le drame »

« Franchement depuis quelques semaines, on frôle le drame au Vélodrome. A chaque fois on passe tout près de la catastrophe. Des supporters sont gazés. Des gamins de 12 ans essayent de grimper sur les filets de sécurité. C’est triste et terrible à la fois de se dire qu’il peut y avoir un drame pour du foot ». Ces mots d’un membre de l’état-major de la Ligue de Football Professionnel résument bien l’état d’esprit qui règne dans la tête de plusieurs dirigeants du football français concernant la situation au Vélodrome.

Huis clos jusqu’à la fin de saison ?

Pour l’instant, tous les rapports des arbitres et du délégué n’ont pas été reçus. Le dossier va être étudié notamment en vue d’une sanction à titre conservatoire pour les deux matchs qui restent à jouer au Vélodrome contre Nantes (dimanche 24 avril) et Reims (samedi 7 mai), alors que Marseille était toujours sous le coup d’un huis clos total avec sursis depuis les incidents d’OM-OL (1-1 le 20 septembre). Pour l’instant, la tendance n’est pas à un huis clos total du Vélodrome pour les deux matchs restants mais un huis clos des virages est une possibilité.

C’est assez rare mais la Commission envisage ces mesures en forme de prévention, pour accompagner le club, qui semble avoir de plus en plus de mal à contenir la colère des supporters.

Le match contre Reims, lors de l’avant dernière journée inquiète particulièrement les pouvoirs publics et les instances du football. Les supporters les plus contestataires et virulents pourraient profiter de ce match pour montrer leur colère et leur ras le bol et entrainer des débordements.

MBo